Retrouvez nous également sur FacebookTwitterPinterest

Les bienfaits de l'ostéopathie pendant la grossesse

Le temps de la grossesse est souvent présenté comme une période « idyllique » pour la mère et le fœtus. Il semble qu’il n’en soit pas toujours ainsi…

La future maman peut au cours de sa grossesse présenter quelques signes d’inconfort, heureusement ce n’est pas systématique. Plus le bébé grossit, moins il a de place. C’est pourquoi un contrôle préventif permet de veiller à la bonne mobilité de toutes les articulations de la maman. C’est un peu comme si on s’occupait du contenant sans toucher le contenu. En général, consulter au sixième mois de grossesse, puis deux à trois semaines avant le terme semble convenir. Cependant il ne faut pas hésiter à demander l’avis de votre praticien. Il existe également des approches spécifiques pour optimiser l’accouchement.

LA GROSSESSE VUE PAR L’OSTEOPATHE

Les ostéopathes évoquent aujourd’hui des difficultés existant déjà pendant la gestation.

Sur le plan mécanique :

Outre les contraintes mécaniques importantes imposées à l’enfant pendant sa naissance, considérées comme l’unique responsable des manifestations du jeune enfant, il semble à l’ostéopathe évident que ces anomalies peuvent provenir de la phase de développement intra-utérine.

Dans certains cas : 

  • La matrice ou utérus, peut ne pas se développer aussi harmonieusement et amplement qu’elle le devrait afin de permettre au fœtus d’avoir toute la place dont il a besoin.
  • Le bassin de la future maman ayant subit antérieurement des traumatismes ; tels qu’une chute sur le coccyx, une fracture simple ou multiple du bassin, une/des luxations ; peut diminuer l’amplitude des mobilités du bassin sur une ou plusieurs de ses articulations. Cette contrainte semble entraîner une modification de développement de l’utérus, et ainsi contraindre le fœtus dans sa croissance.

Ceci détermine la mécanique suivante : le contenant contraint le contenu. Le fœtus grandit « sous contrainte » ce qui peut laisser de fortes empreintes de compressions dans le système crânien, vertébral et être à l’origine de déformations crâniennes importantes (ex : plagiocéphalie).

Chez la mère, il est fréquent qu’apparaissent des troubles fonctionnels :

  • Mécaniques à type de douleurs coccygiennes, vertébrales avec ou sans irradiations sur le trajet du nerf sciatique.
  • Digestifs à type de nausées, vomissements, reflux (appelés communément remontées acides).
  • Urinaires et ou gynécologiques à type d’infections, de mycoses ou encore de sensation de pesanteur dans le petit bassin.
  • Obstétricaux avec présentations difficiles (siège complet ou incomplet, transverse), contractions prématurées ou spasmes utérins.

 

Sur le plan psychique :

Nous savons aujourd’hui l’importance des conséquences du stress sur les tissus vivants.

Les ostéopathes ont constatés certaines manifestations typiques dans leurs mains : densification, rétractation, minimisation de l’inertie du mouvement de la structure vivante. Or le stress fait partie de notre lot quotidien, y compris pour la femme enceinte sans ménagement particulier.

Ce qui vaut pour les tissus et structures de la maman, vaut également pour ceux de son enfant qui se rigidifient et se développent sous contraintes.

L’ostéopathe a mis en évidence l’existence de nourrissons stressés dès la naissance, et l’existence concomitante de difficultés dans la relation mère-enfant.

En consultation :

L’ostéopathie, par l’approche utilisée pendant la grossesse, est sans danger pour la maman et le fœtus. Elle ne dispense en aucun cas d’un suivi obstétrical conventionnel. Le travail de l’ostéopathe s’intègre alors à part entière dans le suivi de la grossesse par l’équipe médicale (sage-femme, gynécologue, obstétricien).

Par contre, l’approche ostéopathique peut être d’une grande utilité en préparant les structures vivantes du duo mère-enfant.

Elle assure :

  • un meilleur relâchement des structures maternelles, dans la limite du possible.
  • un bon équilibre du bassin et de la colonne vertébrale de la future maman.
  • une aide à la future maman permettant l’installation d’un climat de détente et de confiance nécessaire et indispensable à une naissance plus aisée.  

Il est conseillé d’effectué un suivi ostéopathique tout au long de la grossesse, tous les deux mois environ ainsi qu’une dernière séance quatre semaines avant la date théorique d’accouchement.

Cette dernière séance permettra de contrôler et de rééquilibrer, si besoin, l’ensemble du bassin pour un accouchement le plus naturel possible.

 

 

Publié le 13 juillet 2017 Par Marina Rubis
Dernières vidéos
Vous aimerez également
Grossesse

Découvrez le Gel Jambes Légères de Mustela

Ce gel a été spécialement conçue pour soulager les jambes lourdes durant la grossesse. Le gel jambes légères tonifie et soulage dès la première application grâce à une combinaison d'actifs...

Grossesse

Bien vivre sa grossesse

Bibi Mum vous propose ses conseils de maman pour bien vivre votre grossesse ! Découvrez vite son article pour vous accompagner tout au long des 9 mois.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des offres adaptées à vos centres d'intérêt, recueillir des données de statistiques et permettre le partage de pages sur les réseaux sociaux. En savoir plus
J'accepte
Retour en haut

Inscrivez-vous c'est gratuit !

Et profitez de toutes nos offres privilège
pour les mamans dès maintenant!

S'inscrire avec Facebook S'inscrire avec mon email

Vous avez déjà un compte ? Se connecter maintenant

X

Connectez-vous sur Avis de mamans

Vous n'êtes pas encore inscrit(e) ? S'inscrire maintenant

Vous avez perdu votre mot de passe ?

X

Mot de passe perdu

Rentrez votre e-mail afin que nous puissions vous envoyer un nouveau mot de passe

X