Ciel mon enfant ne croit plus au Père Noël !

Je ne saurais exactement replacer le contexte dans une année précise. Avait-il  5 ou 6 ans lorsqu’il a su, ma mémoire me fait défaut (c’est ça de vieillir-dans une prochaine vie je noterai tout) ?

Le fait est que l’an dernier (ça je m’en souviens), lorsque j’ai dit à mon fils de 7 ans « Hey aujourd’hui on va écrire une lettre au Père Noël pour lui dire ce que tu voudrais », il m’a regardée avec un air à mi chemin entre la pitié et l’amusement « Mais Mam’s enfin…je suis plus un bébé ».

Comme sa petite sœur de 5 ans n’était pas loin et qu’elle a une ouïe à la Super Jaimie, j’ai fait mine de ne pas comprendre « Mais enfin de quoi parles-tu ????? ».

 Il a juste répondu « Bah le Père Noël, je sais que c’est papa ».

 « Papa le Père Noël ? Nan mais puis quoi encore ? Moi la Mère Denis ? » ais-je répondu (bon personne de moins de 30 ans ne connaît la Mère Denis donc mon fils n’a pas rebondi sur ma note d’humour).

A ce moment là il a senti que je ne voulais pas lui avouer, je ne voulais pas céder.

Non le Père Noël existait bien et mon bébé de 7 ans allait (devait) continuer d’y croire. Pour rester un tout petit, pour avoir du rêve et des paillettes plein les yeux, pour ne pas grandir, pour penser que la magie opère toujours, pour qu’il ne rentre pas dans le clan de ceux qui savent, pour bénéficier encore un peu de l’innocence des enfants.

 Non je ne me pouvais pas me résoudre à l’idée que mon fils savait.

 C’était pour moi le début de la fin.

« Papa est bien trop occupé au boulot pour cumuler en plus un emploi de Père Noël » soufflais-je.

« Et puis franchement il a pas du tout un gros ventre papa en plus. Et puis il a pas de barbe et il déteste le rouge ! Et les déguisements ça a jamais été son truc. Je me souviens d’une soirée déguisée dont le thème était « salade niçoise » et bah figure toi qu’il a pas joué le jeu et que je me suis retrouvée en tomate avec un copine-thon…Alors Père Noël autant te dire que…non…impossible. »

 Devant tant d’efforts de ma part, je crois que mon fils a compris « Ok maman, si ça te fait plaisir, on va l’écrire cette lettre. »

 Tu parles que ça me faisait plaisir !

On s’est mis à écrire à Papa Noël, on a dressé la liste de nos envies, on a passé un chouette moment mais au fond de lui, au fond de moi, au fond de nous, nous savions.

Nous savions qu’il savait, qu’il était grand, qu’il avait (un peu) perdu de sa candeur.

Mais c’est (aussi) cela de grandir !

Ps : j’ai menti, je ne me suis jamais déguisée en tomate ? J’étais un anchois.

Jessica Cymerman, Serial Mother

Jessica Cymerman Publié le 25 novembre 2012 Par Jessica Cymerman
Retour en haut