INSCRIPTION

àŠtre une maman imparfaite

Plus jeune, j'ai toujours su que je serais maman, j'adore les enfants et je ne m'imaginais pas sans enfant.

Comment savoir si l'on veut devenir mère ? Il faut déjà le vouloir et non pas subir cette envie de maternité.

Personnellement, j'ai adoré faire le trousseau de naissance de mon baby boy et passer des heures à regarder les e-shops pour trouver un petit pull bleu marine ou le body à message qui lui irait bien.

Ce sont toutes ces petites envies qui font que l'on a envie de devenir mère, cette attente que l'on a avant de l'être.

Je suis l’aînée de trois enfants, j'ai toujours veillé sur mon frère et ma sœur et je me suis également toujours assurée qu'ils n'avaient besoin de rien alors même qu'ils étaient déjà largement en âge de veiller sur eux-mêmes.

A 30 ans, je voulais être maman et à 32 ans j'ai accouché d'un adorable Baby Boy, une fierté sans nom, un amour infini.

A l'arrivée de ce bébé tant attendu, je n'ai pas ressenti de fatigue, je n'ai pas eu de baby blues, juste cette joie d'être maman et d'avoir accouché d'un beau bébé en bonne santé.

Cependant, je ne vous cache pas que je serai toujours une maman imparfaite, très loin de la maman décrite dans beaucoup de livres sur la maternité.

La grossesse a été une partie de plaisir, mais la maternité est parfois fatigante émotionnellement.

Voici toutes les situations qui font que je suis une mère imparfaite :

Avec mon conjoint, nous avons été fatigués par toutes ces nuits sans sommeil alors que Baby Boy nous réveillait pour manger ou qu'il faisait une terreur nocturne.

Par ailleurs, je travaille à temps plein et je considère que je sacrifie ce temps de travail au bien-être de mon fils. J'aime mon travail et j'aime mon fils, je revendique haut et fort le fait d'être une working-mum.

Je suis une blogueuse impliquée. Par voie de conséquence, je consacre du temps à cette passion dévorante que j'aime tant !

Il m'arrive de déléguer les tâches ménagères et de m'emporter car j'aimerais que mon intérieur soit plus propre, mieux rangé, et puis je relativise …

Pour toutes ces raisons, je suis une maman imparfaite, mais je l'assume très bien.

Au quotidien, je fais des erreurs, il m'arrive de perdre pied, mais je me relève toujours.

Je veux être cette maman imparfaite qui expérimente, qui se cherche mais qui se remet sans cesse en question, car il n'y a pas qu'une seule manière d'être mère mais plusieurs. La maternité n'est pas une science exacte, nous avons toutes le droit à l'erreur, le droit d'être une maman imparfaite.

Émilie du blog, La Minute d'Emy

solange Lecoeura Publié le 26 juin 2017 Par solange Lecoeura
Retour en haut