« je suis jeune et créatrice… et j'attends des jumeaux ! »

Nous avons interviewé Maylis qui est une jeune future maman de 27 ans et qui ne fait pas les choses à moitié !

Auto-entrepreneure et enceinte de jumeaux, Maylis a tenu à partager son histoire auprès des Mums d’Avisdemamans.

Bonjour Maylis, pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

J’ai 27 ans. Je suis plutôt de nature enjouée et spontanée, ultra sensible aussi et parfois « attachiante » comme disent certains. J’ai crée mon entreprise au moment où mon mari m’a demandée en mariage, il y a 1 an et demi. Depuis, je suis mariée et… enceinte de jumeaux.

Nous sommes donc en plein déménagement…à la fois immobilier et psychologique. D’une vie à 2 nous passons à une vie à 4…ce qui rend le tout encore un brin plus compliqué mais mon entourage a l’habitude : je suis un vrai tourbillon, toujours sur mille projets. J’aime tout ce qui est créatif, ce qui touche à l’événementiel à la communication, ma formation de base.

L’entourage est primordial à mes yeux : je suis très entourée par mes amies, ma famille. C’est fondamental.

 

Quelle a été votre première réaction lorsque vous avez appris que vous attendiez des jumeaux ?

J’ai entendu le médecin me dire « il s’agit d’une grossesse gémellaire »…ce à quoi j’ai répondu « gémellaire comme jumeaux ? » ne m’attendant pas à une telle révélation lors d’une échographie de contrôle.

Puis, j’ai souri sans prendre conscience du ras de marée qui m’attendait !

1er tilt chez le gynéco : j’étais une future maman au pays des bisounours : j’allais devenir doublement maman ce qui implique 2 fois plus de câlins, 2 fois plus de bisous mais aussi 2 fois plus de stress…bref une grossesse pas comme les autres.

 Puis 2ème tilt moins facile un peu plus tard dans la semaine : il fallait prévoir un déménagement - vivre dans notre petit nid de Levallois au 4ème étage sans ascenseur (avec 2 bébés) n’était plus envisageable - , 1 poussette de 1 000km de long, sans parler de la consommation ubuesque de 450 couches par mois ! Bref j’allais devoir affronter une grossesse vraiment pas comme les autres.

 

Quelle a été la réaction du papa ?

Sortie de chez le médecin, j’ai donné rdv au papa pour déjeuner au restaurant et lui apprendre LA nouvelle.

« Gilles, j’ai une bonne, une moins bonne et encore une bonne nouvelle : la bonne c’est que tout va bien, la « moins bonne » c’est qu’il y a 2 fœtus et la bonne c’est qu’ILS vont bien »…

J’ai bien cru qu’il allait s’étrangler… Ce fut un véritable choc pour lui !

Aujourd’hui, c’est le futur papa le plus heureux du monde.

 

Dans votre famille il y avait des jumeaux ?

Au départ, à notre connaissance aucuns jumeaux…mais en creusant un peu plus, on a trouvé dans nos familles respectives des cas de grossesses gémellaires arrivés à terme et pour les autres, bien souvent vous n’êtes pas au courant…

 

Pour quand est prévue la naissance de vos enfants ?

A priori le 15 août mais je sens que, comme le reste, je vais encore avoir des surprises !

La prématurité fait partie des aléas de la grossesse gémellaire.

 

Pouvez-vous nous dire comment se sont passés les premiers mois de votre grossesse ? Quels ont été les moments les plus difficiles jusqu’à présent ? Quels ont été les meilleurs moments ?

Les premiers mois ont étés un vrai cauchemar : je n’ai jamais été autant malade et fatiguée : impossible de faire quoi que ce soit.

Les trois premiers mois ont étés les plus difficiles à cause de mon état ; cocktail d’hormones au rendez-vous, et parce que j’ai compris qu’il allait falloir déménager et s’éloigner de Paris.

J’allais aussi devoir renoncer à beaucoup de choses pour mon entreprise du fait de cette grossesse comme engloutir mes économies destinées à ma société dans les frais de notaire du nouvel appartement, abandonner une partie de ma collection d’été car je ne pouvais plus suivre activement la production à cause des trajets à faire, renoncer à organiser de multiples ventes privées pour n’en faire qu’une…

Les meilleurs moments ont étés les premières échographies où l’on pouvait distinguer les deux fœtus sur le même cliché, les premières fois où je les ai senti bouger dans mon ventre, l’annonce de cet heureux événement à nos parents (de mon côté ce sont les premiers petits enfants), à nos amis.

 

En terme d’organisation cela ne vous fait pas peur ? Est ce que vous avez déjà mis en place un planning organisationnel d’enfer ?!

Je crains plus la fatigue que l’organisation ; j’ai la chance d’être très entourée par ma famille et ma belle famille. Je me sens très épaulée pour affronter la rentrée de septembre donc pour le moment je n’ai pas trop peur ! Je pense ne pas encore réaliser l’impact de cette naissance sur notre vie.

Quant au planning organisationnel d’enfer, j’ai déjà commencé avec plein de fichiers Excel afin de tout planifier et budgéter ! Je ne suis pas sûre de pouvoir tout tenir mais ça me déstresse…comme une impression de pouvoir tout contrôler ! 

 

Avez-vous demandé des conseils auprès d’autres mamans, ou lu des livres, des magazines, des blogs ? Lesquels ?

Bien sûr…

Une amie très proche, d’ailleurs la future marraine de ma fille, m’a offert, le cahier de la grossesse des paresseuses, une sorte d’agenda en semaine où l’on connaît les différents stades de développement du fœtus et les bouleversements à la fois hormonaux, physiques et psychologiques de la maman. Drôle et instructif. 

J’ai aussi feuilleté l’incontournable « J’attends un enfant » de Laurence Pernoud et mon mari et moi avons été émerveillés par un fabuleux documentaire sur les jumeaux « Le mystère des jumeaux » réalisé par Nils Tavernier. Un pur moment de bonheur.

 

Avez-vous déjà investi dans le matériel nécessaire (ou récupéré chez vos copines) ? Et quels sont selon vous les indispensables pour accueillir 2 bébés ?

Pour l’instant nous avons investi dans une poussette double et deux cosy…et de quoi faire la valise des bébés pour la maternité (bodys, pyjamas, chaussons, bonnets…).

Quant à la liste des indispensables pour accueillir 2 bébés : la poussette double et les cosy pour sortir de la maternité, 2 lits et sinon tout comme pour un bébé unique mais en double : plus de biberons, plus de couches…

 

Quelle maman pensez-vous ou voulez-vous devenir ? 

Je pense que je serai stricte pour certaines choses comme la politesse, le respect, l’alimentation, le sport et assez cool pour d’autres.

J’ai du mal à imaginer mes enfants impolis ou végétatifs devant la télévision tout comme je considère comme un crime de les laisser prendre trop de poids lorsqu’ils sont très jeunes. Parallèlement je tolère que certaines bêtises soient faites. Il faut bien laisser leur imagination s’exprimer ; et cela peut être très drôle !

Mais vous savez ma mère me dit souvent en ce moment : « On a des principes et après on a des enfants » alors je ne me projette pas trop.

 

Quelle serait votre maman idéale ? 

Un savant mélange de la mienne et de ma belle-mère. A la fois maman câlin et maman speed. Toujours là, même si ce n’est pas toujours extrêmement démonstratif.

L’important est qu’ils sachent que je serai toujours là pour eux. Mais je ne veux pas les étouffer et les empêcher de grandir et s’épanouir en prenant des risques. Car il faut en prendre dans la vie. C’est mon point de vue.

 

Quelle maman type vous ne souhaitez pas devenir ?!

Une mère fouetard ou à contrario une mère copine. Une maman doit rester une maman. Je ne souhaite pas non plus être une mère absente ou laxiste. Être maman est un job à plein temps ! 

 

En parallèle, Maylis, vous êtes la fondatrice de la marque Gaspard et Louise, pouvez-vous nous en dire quelques mots ?

Gaspard et Louise est une marque de vêtements pour enfants de 6 mois à 6 ans qui propose des vêtements élégants et casual, pour le quotidien tout comme pour les occasions festives.

L’univers de ma marque est marqué par l’esprit de famille et teinté d’une touche d’espièglerie.

J’ai imaginé puis fait concevoir des vêtements qui me ressemblent en essayant toujours d’allier confort, esthétisme et praticité.

 

Comment vous est venue l’idée de devenir auto-entrepreneure ?

Quel a été le déclic ?

Je rêvais depuis longtemps de monter ma boîte mais sans avoir d’idées particulières.

L’idée m’est venue il y a environ 3 ans lorsque j’ai vu des enfants jouer dans un square. Je regardais leurs tenues et je me disais qu’il était possible de donner du style à un enfant de 5 ans sans le sophistiquer et qu’il était sûrement possible de trouver un juste milieu entre la « Fashion Victime » et le « No Look ».

En CDI au sein d’une Foncière immobilière, j’occupais le poste de Responsable communication et marketing. Autant dire qu’à 25 ans, tout allait bien. Oui mais voilà …je ne m’épanouissais pas du tout dans mon travail. Je rentrai le soir et mon fiancé (nous n’étions pas encore mariés) me récupérait soit en larmes, soit ultra stressée. Cela devenait invivable. 

Alors, j’ai tout plaqué. J’ai lâché mon boulot et me suis lancée dans l’aventure sans regarder en arrière. Je ne regrette pas une seconde ce choix même si les sacrifices furent nombreux (plus d’appartement, plus de salaire, plus de mutuelle... tout était à recommencer) !

 Toujours écouter son cœur et tout faire pour être épanouie quels que puissent être les conséquences ou les choix à faire !

 

  • Une journée ensoleillée

    Une journée ensoleillée

  • Casual chic !

    Casual chic !

  • Une jolie robe pour tous les jours

    Une jolie robe pour tous les jours

  • À la pointe de la mode !

    À la pointe de la mode !

  • Même pour les instants gourmands !

    Même pour les instants gourmands !

  • Comme papa le week end !

    Comme papa le week end !

  • Style bord de mer

    Style bord de mer

  • Tout le monde est rhabillé !

    Tout le monde est rhabillé !

    Enfin, pourquoi Gaspard et Louise ?

    Ils étaient les prénoms que j’envisageais depuis longtemps pour mes enfants…mais en rencontrant Gilles j’ai du composer. Le choix allait se faire à 2 dorénavant.

    Je les ai donc donné à ma marque…mon premier bébé !

    Et aujourd’hui j’attends des jumeaux… J’aurai du voir cela comme un présage !

    Mais je vous rassure les prénoms que mon mari et moi avons choisi de donner à nos jumeaux sonnent aussi bien. 

     

    Le mot de la fin ?

    Toujours écouter son cœur et tout faire pour être épanouie quels que puissent être les conséquences ou les choix à faire !

     

    La rédaction d'AvisdeMamans Publié le 9 juillet 2014 Par La rédaction d'AvisdeMamans
    Retour en haut