La bronchiolite

1

La bronchiolite est une infection respiratoire des petites bronches, le plus souvent provoquée par un virus très contagieux.

Elle touche les nourrissons de moins de 2 ans. Chaque hiver, un bébé sur trois en est atteint en France.

La bronchiolite est potentiellement grave chez le tout-petit.

 

Comment se transmet la bronchiolite ? A quelle période bébé risque t-il de l'attraper ?

Dans la grande majorité des cas, la bronchiolite est provoquée par un virus appelé VRS (virus respiratoire syncytial), responsable d'épidémies saisonnières.

Ce virus circule habituellement entre le mois d'octobre et le mois de mars, avec un pic au mois de décembre ; il est très contagieux et se transmet par la toux, les postillons, la salive et les mains et les objets souillés par une personne infectée.

Son incubation varie entre 2 et 8 jours.

D'autres microbes peuvent parfois être responsables de bronchiolite en hiver.

Les rhumes de l'enfant et de l'adulte peuvent être à l''origine d'une bronchiolite chez le nourrisson.

 

Comment reconnaître une bronchiolite ? Quels sont les symptômes ?

La bronchiolite débute par une rhino-pharyngite banale, avec souvent un fébricule autour de 38°C.

Dans les 2 ou 3 jours qui suivent, le bébé commence à avoir une petite toux sèche, puis le virus initialement localisé au niveau de la muqueuse nasale va s'étendre aux petites bronches et les sécrétions vont alors obstruer les voies aériennes et être responsables d'une gêne respiratoire.

A ce stade, le bébé présente des quintes de toux très fréquentes qui ne le soulagent pas mais au contraire le fatiguent, et on entend souvent des sifflements ou des râles bronchiques.

Lorsque les petites bronchioles sont très prises, le bébé peut avoir des difficultés à s'alimenter et ne pas bien terminer ses biberons ou s'endormir sur le sein.

On peut également observer des signes de lutte lorsqu'il respire : normalement, lorsqu'on regarde un bébé nu allongé calmement sur le dos, on ne le voit pas respirer.

En cas d'atteinte des petites bronches et de détresse respiratoire, il est possible d'observer une accélération de la fréquence respiratoire et un creusement entre les côtes ou un soulèvement de l'abdomen à chaque mouvement respiratoire, témoignant de la nécessité de faire un effort pour amener l'oxygène aux poumons.

Habituellement, les symptômes disparaissent spontanément en une semaine.

Une toux résiduelle isolée peut persister pendant 15 jours à 3 semaines après l'épisode, sans être péjorative.

Consultez rapidement votre pédiatre ou médecin en cas de signes de bronchiolite.

 

 Quels sont les critères de gravité ?

 Les critères de gravité sont :

  • Le très jeune âge du bébé (notamment les nouveaux-nés de moins de 3 mois)

  • Des difficultés alimentaires (si le bébé boit moins que la moitié de ses biberons)

  • Une gêne respiratoire

  • Une fatigue ou une somnolence anormale

  • Une fièvre élevée

  • Un changement de teint (pâleur ou lèvres et visage bleu)

 

 Consultez en urgence.

 

Quel est le traitement ?

 La bronchiolite est une maladie virale et il n'existe aucun traitement spécifique.

La prise en charge consiste à améliorer l'état du bébé en attendant que le virus s'en aille spontanément.

Les lavages de nez répétés sont primordiaux. Il faut réitérer les désobstructions naso-pharyngées avec des dosettes de sérum physiologique aussi souvent que nécessaire.

Parallèlement, il faut proposer des biberons plus petits et plus fréquents, surélever la tête du lit, bien aérer la chambre tous les jours et ne pas chauffer la maison au dessus de 19°C.

Les sirops contre la toux sont formellement contre-indiqués.

Lorsque les petites bronches sont très encombrées, des séances de kinésithérapie respiratoire sont utiles : elles permettent de dégager les voies respiratoires de l'enfant pour l'aider à mieux respirer.

Lors d'un premier épisode, les médicaments de l'asthme ne sont pas recommandés. Les antibiotiques ne sont prescrits qu'en cas de surinfection.

 

Les récidives sont elles fréquentes ?

Les récidives de bronchiolite sont possibles chez le nourrisson, elles concernent 20 à 60% des enfants.

On considère qu'il s'agit d'asthme du nourrisson au bout du 3ème épisode de bronchiolite et notamment lorsqu'il existe un terrain atopique personnel ou familial.

En effet, il est peu probable que le bébé attrape le même virus plus de 3 fois en si peu de temps.

Les symptômes de la bronchiolite et de l'asthme du nourrisson sont similaires.

 

Comment éviter la bronchiolite ?

Pour éviter que bébé n'attrape le virus de la bronchiolite, quelques consignes simples sont à respecter :

  • Evitez de fréquenter les lieux publics avec bébé en automne et hiver (transports en commun, grands magasins...)

  • Lavez-vous soigneusement les mains avant de vous occuper de lui

  • Portez un masque si vous avez un rhume ou si vous toussez

  • Evitez d'embrassez votre enfant sur le visage et sur les mains

  • Eloignez les frères et soeurs lorsqu'ils sont malades ou ont le nez qui coulent, évitez les visites si les personnes sont enrhumées

  • Aérez la chambre tous les jours

  • Evitez les salles d'attente

  • N'échangez pas les tétines ou les couverts

Il existe un vaccin contre la bronchiolite pour les grands prématurés (nés avant 32 semaines) et les nourrissons souffrant de dysplasie bronchopulmonaire.

Découvrez toutes nos fiches santé - pédiatrie rédigées par notre pédiatre en cliquant ici

Bronchiolite du nourrisson : mise au point sur la prise en charge en 2011, Médecine et Enfance

Bronchiolite à VRS, métapneumovirus, ou autres virus…un tableau clinique différent ? 2008, Pediatrie pratique
INPES

Docteur Eve Balzamo Publié le 1 octobre 2012 Par Docteur Eve Balzamo
Retour en haut