La fièvre

1

Pendant la petite enfance, la fièvre est un symptôme banal et extrêmement fréquent.

L'enfant fébrile est chaud ou brûlant et son coeur bat la chamade.

Il peut être grognon et fatigué. L'enfant plus grand se plaint habituellement de maux de tête ou de sensation de froid.

Même très élevée, la fièvre n'est pas urgence lorsqu'elle est bien tolérée.

Il faut en trouver la cause lorsqu'elle persiste ou lorsque les symptômes associés sont mal supportés. Dans la plupart des cas, elle témoigne  d'un mécanisme de défense du corps contre une infection.

 

A partir de quelle température parle t-on de fièvre ?

La fièvre correspond à une élévation de la température interne du corps au dessus de 38°C.

Lorsque tout va bien, le « thermostat » central situé au niveau de l'hypothalamus permet de réguler la température corporelle et de la maintenir entre 36,5 et 37,5°C.

Lorsque la température se situe entre 37,5 et 38°C, l'enfant est subfébrile.

La fièvre est dite élevée lorsqu'elle est supérieure à 38,5 ou 39°C.

Elle est très élevée lorsqu'elle dépasse les 40°C, et elle ne doit pas dépasser les 41 ou 41,5°C.

Pour mesurer la température de manière fiable, il faut utiliser un thermomètre électronique par voie rectale.

 

Pourquoi les enfants ont-ils si souvent de la fièvre ? Quelles sont les causes de la fièvre ?

Les causes infectieuses

La fièvre est très fréquente chez les enfants, et particulièrement chez les jeunes enfants âgés de 6 mois à 5 ans qui fréquentent la collectivité et qui sont exposés à de nombreuses infections.

C'est une réaction normale et utile du corps pour lutter contre les microbes.

Le plus souvent, la fièvre est secondaire à une infection virale (rhume, pharyngite, gastro-entérite, varicelle...) et elle disparaît rapidement spontanément.

Dans certains cas, elle est la conséquence d'une infection bactérienne  qui va nécessiter un traitement antibiotique.

 

Les causes inflammatoires

Une fièvre chronique ou récurrente peut témoigner d'une infection à bas bruit ou très rarement d'une maladie inflammatoire ou tumorale.

 

L'hyperthermie

Dans certains cas, lorsque la chaleur extérieure est très élevée ou que l'enfant est trop couvert, le thermostat central peut ne plus être capable de maintenir la température corporelle normale et celle-ci augmente : c'est l'hyperthermie.

Ce phénomène peut être observé en cas d'insolation, de coup de chaleur ou d'effort physique intense.

Il peut également survenir lorsqu'on couvre trop un enfant qui a de la fièvre.

Lorsqu'il fait très chaud ou que bébé est trop couvert, sa température peut avoisiner les 38°C.

Pour savoir s'il s'agit réellement d'une fièvre, laissez-le en body dans une pièce tempérée pendant une vingtaine de minutes avant de reprendre sa température.  

Il ne faut pas couvrir un enfant qui a de la fièvre, même si on a l'impression qu'il a froid.

 

Que faire lorsque l'enfant a de la fièvre? Que faire pour faire baisser sa température ?

Lorsque le bébé ou l'enfant a de la fièvre, les mesures physiques doivent être mise en place en toute première intention.

Elles permettent à la fièvre de ne pas augmenter. Il faut :

  • Dévêtir l'enfant, lui ôter ses vêtements chauds et ne pas couvrir sa tête : l'excès de chaleur doit pouvoir s'évacuer par la peau. La nuit également, ne le couvrez pas trop, mais laissez-le dormir en body ou pyjama fin, hors de sa gigoteuse et sans couverture
  • Ne chauffez pas trop sa chambre (la température doit se situer autour de 18-20°C).
  • Proposez-lui régulièrement à boire

En cas de forte fièvre, vous pouvez également appliquer un gant humide et frais sur son front, sa nuque ou sa tête.

 

Le bain

Le bain tiède, dont la température doit être de 2°C inférieure à la fièvre, n'est plus préconisé de manière systématique comme cela l'était autrefois.

Cette mesure de refroidissement permet de faire baisser la température pour que l'enfant se sente mieux, mais ne doit pas augmenter son inconfort.

Or, on a souvent constaté le nourrisson passait un très mauvais moment lorsqu'il était baigné dans ces conditions.

 

Quels sont les médicaments que l'on peut utiliser?

Les antipyrétiques peuvent être utilisés lorsque la fièvre est mal supportée ou lorsqu'elle est supérieure à 38,5°C. Il existe trois classes d'antipyrétiques :

 

Le paracétamol :

Son utilisation est recommandée en première intention lorsque les mesures physiques sont insuffisantes et que l'enfant ne se sent pas bien.

Il peut être administré toutes les 5 à 6 heures en respectant 4 prises par 24 heures et en adaptant la posologie au poids de l'enfant. La voie orale doit être utilisée à chaque fois que possible car l'absorption du médicament est plus fiable par cette voie que par la voie rectale.

 

Les anti-inflammatoires non-stéroïdiens (ibuprofène et kétoprofène) :

Efficaces pour faire baisser la température et en général très bien tolérés, ils ne sont pas dénués d'effets secondaires (allergies, saignements digestifs...)

Ils ne doivent donc pas être utilisés :

  • Chez le bébé de moins de 3 mois ou en cas de maladie connue contre-indiquant la prise.
  • En cas d'administration d'autres anti-inflammatoires ou d'aspirine
  • En cas d'allergie connue
  • En cas de varicelle
  • En cas de grippe
  • En cas de vomissements ou diarrhées
  • Et en général, lorsqu'on ne connait pas la cause de la fièvre...

 

L'aspirine :

Elle a les mêmes vertus que les anti-inflammatoires non-stéroïdiens et les mêmes effets secondaires et contre-indications.

L'alternance de paracétamol et anti-inflammatoires non-stéroïdiens n'est pas recommandée en auto-médication.

Lorsqu'un enfant a de la fièvre, l'objectif n'est pas de faire à tout prix baisser sa température mais d'améliorer son confort.

Faire baisser la température ne guérit pas la maladie, elle peut la masquer.

 

Doit-on toujours s'inquiéter en cas de forte fièvre ? Comment savoir si c'est grave ?

Une fièvre élevée bien tolérée n'est pas dangereuse et ne doit pas être source d'inquiétude.

C'est la maladie en cause qui préjuge de la gravité et non le degré de la température.

Lorsqu'un enfant a de la fièvre, il faut chercher les symptômes associés (nez qui coule, toux, insomnies, boiterie, vomissements....) afin d'orienter le diagnostic et évaluer la tolérance de la fièvre et l'état général du bébé.

 

La fièvre est bien tolérée lorsque :

  • L'enfant ou le bébé a les joues roses et son corps garde sa couleur habituelle
  • Il crie aussi fort que d'habitude
  • Il reste actif et souriant et continue de s'alimenter (même moins).

Dans ce cas, il s'agit vraisemblablement d'une infection bénigne. Par exemple, la roséole donne habituellement 3 jours de fièvre à 39° ou 40°C extrêmement bien tolérée.

 

La fièvre est mal tolérée lorsque :

  • L'enfant geint ou crie de manière plaintive
  • A un comportement inhabituel : il somnole, ne joue et ne sourit plus. Le petit nourrisson ne s'alimente plus
  • A la peau grise et marbrée avec les extrémités glacées
  • Frissonne intensément

La fièvre peut alors être le signe d'une infection sévère (otite, pyélonéphrite, méningite, infection pulmonaire, infection articulaire...).

Lorsque la fièvre avoisine les 40,5 ou 41°C, par exemple en cas de grippe, il faut associer les mesures physiques de refroidissement et les antipyrétiques pour éviter qu'elle ne dépasse les 41,5°C et il faut bien hydrater l'enfant.

L'hyperthermie grave est cependant très exceptionnelle chez l'enfant et elle est surtout la conséquence d'inductions anesthésiques chez des sujets prédisposés.

 

Quand faut-il consulter le médecin ?

Il faut consulter en urgence:

  • Si le bébé ou l'enfant a un comportement anormal, somnole, ne répond plus à vos stimulations
  • S'il est gris, geignard ou frissonne intensément
  • Si le bébé a moins de 3 mois (dans ce cas, il est préférable de se rendre dans un centre hospitalier qui pourra pratiquer des examens complémentaires)
  • S'il vomit en jet de manière répétée et se plaint de maux de tête
  • Si des taches violacées apparaissent sur son corps
  • S'il a des difficultés à respirer

 

Dans les autres cas, lorsque la fièvre et les symptômes sont bien tolérés, consultez votre pédiatre lorsque la fièvre persiste plus de 48 ou 72 heures.

Découvrez toutes nos fiches santé - pédiatrie rédigées par notre pédiatre en cliquant ici

Docteur Eve Balzamo Publié le 1 septembre 2012 Par Docteur Eve Balzamo
Retour en haut