La garde partagée en pratique

La garde partagée consiste à employer une nourrice à domicile pour garder les enfants de deux familles. Ce mode de garde nécessite une bonne entente entre les différents parents. Il est également important de rédiger deux contrats bien distincts. Présentation.

image

 

Une bonne relation entre les familles

Si vous optez pour la garde partagée, il est primordial de bien s’entendre avec les deux familles. L’idéal est de partager la garde avec une famille en accord avec vos principes éducatifs et votre mode de vie. Un conseil : discutez dès le départ des jours et des horaires de garde, du fonctionnement des repas et de la garde en cas de maladie. Pour éviter les éventuels conflits, mentionnez les périodes de congés payés sur le contrat. L’organisation des vacances est souvent délicate. La décision relève d’un commun accord entre les employeurs qui choisissent les mêmes dates de congés.

 

Deux contrats de travail pour une nounou

La règle de base de la garde partagée est la rédaction de deux contrats. Chaque famille rédige un contrat de travail stipulant le mode de garde, sous le statut du particulier-employeur. A noter : pour bénéficier des aides de la Caisses d’Allocations Familiale (CAF), il est nécessaire de préciser sur le contrat que la garde s’effectue en alternance aux deux domiciles. Comme pour une nourrice à domicile, la durée hebdomadaire de travail est fixée à 40h. Les familles fixent le partage du coût salarial en fonction de leur nombre d’enfants et de la fréquence des gardes.

 

Les points positifs

Les avantages de la garde partagée ? L’enfant reste dans un cadre familial. Le contact avec les bouts de choux de l’autre famille l’aide à se sociabiliser. Du côté des parents, les horaires s’adaptent à leurs besoins. Côté budget, c’est une solution moins onéreuse. Le coût de la garde est atténué puisqu’il est divisé par deux. Les deux couples peuvent demander des aides et des avantages fiscaux. Enfin, il est possible de fixer quelques tâches ménagères dans le contrat.

 

Les points négatifs

En tant que particuliers- employeurs, les parents prennent en charge le côté administratif. Si les 40h hebdomadaires sont dépassées, ils sont redevables d’heures supplémentaires majorées (25% pour les huit premières et 50% au-delà). A noter : il est possible de proposer des jours de congés de rattrapage. Contrairement à une assistante maternelle, la nourrice à domicile n’est pas agréée par le Conseil Général.

 

La rupture du contrat

Lorsque l’une des familles rompt le contrat de travail, l’autre peut être obligée d’y mettre fin également. Dans ce cas, c’est à la nounou d’accepter les conditions de son nouvel emploi. La famille qui se retrouve seule choisit d’assumer le coût de l’emploi à plein-temps ou de rechercher un nouveau couple. La rédaction d’un avenant au contrat de travail initial s’impose. Cette garde à mi-temps reste tout de même idéale pour limiter le budget important consacré par les parents à la garde de leurs enfants.

   Maminou . Publié le 23 avril 2014 Par Maminou .
Retour en haut