INSCRIPTION

La sexualité expliquée aux enfants : comment faire des bébés ?

image

C’est souvent au moment où vous vous y attendez le moins qu’arrive la merveilleuse question « C’est comment qu’on fait les bébés ? ». GLOUPS.

Respirez profondément tandis qu’une petite voix intérieure vous murmure « tu le savais que ça allait arriver » et préparez-vous à ajuster votre réponse en fonction de quelques critères  :

  • Le lieu où vous vous trouvez

 Le lieu où on se trouve au moment où l’enfant pose la question est étonnamment important. En effet, on n’aborde pas un sujet aussi essentiel à la caisse du supermarché, dans la salle d’attente du médecin ni même en voiture avec les petits frères qui tendent leurs oreilles.

On attend d’être au calme et d’avoir fait le point sur ce qu’on va dire et sur la façon dont on va le faire. Il n’y a pas de discours normé sur la sexualité et c’est alors au parent d’ajuster son explication. Bien souvent, on craint de mal répondre à une telle interrogation de l’enfant, peur d’en dire trop, peur d’en dire pas assez, peur de mal expliquer tout simplement et peur de choquer l’enfant.

Si le moment choisi par l’enfant ne vous semble pas adéquat, expliquez–lui que vous en parlerez à la maison car c’est un sujet important qui mérite des explications au calme. Ne fuyez pas le dialogue car l’enfant pourrait y voir comme un tabou ou une interdiction alors qu’il se contente juste de demander des explications normales sur un sujet plutôt normal.

  • L’âge de votre enfant

La seconde chose  à prendre en considération est l’âge de votre enfant. On peut avoir des demandes dès deux ans et demi ou bien plus tardives et dans ce cas, les réponses vont être différentes car adaptées à l’âge de l’enfant. Si votre enfant vous pose cette question, commencez par réagir exactement comme vous réagissez à chaque question piège, en lui renvoyant habilement la question (genre « est-ce que le Père Noël existe ? »). Ainsi, vous pourrez déjà sonder l’enfant et connaître son degré d’interrogation, puis ajuster votre réponse.

Par exemple, pour un tout-petit, on peut parfois se contenter d’expliquer que les parents se font un gros câlin et qu’un bébé pousse dans le ventre de la maman. Certains enfants vont se contenter de cette explication avant de revenir vers l’adulte plus tard pour étoffer leur connaissance. On retrouve de toute façon souvent les mêmes interrogations : comment on fabrique les bébés ? par où le bébé sort-il ? etc.. A vous d’écouter le questionnement de votre enfant et de lui répondre de manière adaptée. Ne devancez pas ses questions et soyez vrais dans vos réponses, sans rentrer pour autant dans des détails d’adultes évidemment.

Pour résumer :

(Les âges sont donnés là comme un repère mais il est évident que chaque parent doit s’adapter aux demandes et à la maturité de son propre enfant.) 

  • Vers 3 ans, on répond à l’enfant que pour faire un bébé, Papa et Maman se font un gros câlin et qu’ils fabriquent un bébé. Cela lui suffira (normalement) et il est inutile d’en rajouter !
  • Vers 4/5 ans, l’enfant a pris conscience que son corps était soit celui d’une petite fille, soit celui d’un petit garçon et il a compris également que le bébé se développait dans le ventre des mamans. On peut donc lui expliquer que durant le câlin, le Papa dépose une graine dans le ventre de la maman et que cette petite graine devient un bébé qui grandit avant de sortir du ventre.
  • Vers 6/7 ans, l’enfant veut comprendre plus précisément par où entre la graine (et d’où elle sort) et comment se développe le bébé.  A vous de trouver les mots simplement et sans faire intervenir le côté « plaisir » de la chose qui, pour le moment, n’est absolument pas dans ses demandes (ni de son âge d’ailleurs).

Généralement, on commence par expliquer qu’un homme et une femme se font un câlin, puis on explique l’existence de l’utérus (en le nommant par exemple « poche à bébé » pour les petits) dans le ventre de la mère et des petites graines (spermatozoïdes) dans le pénis du père. Ensuite, vers 6/7 ans, l’enfant comprend le mécanisme de la sexualité et donc, de la reproduction, et assimile les termes et la façon dont cela se déroule.

Comment choisir les bons mots ?

Côté termes employés, il y a deux écoles : certains parents préfèrent nommer les organes génitaux par leurs vrais noms : pénis, vulve, vagin, etc… et d’autres commencent par donner de petits noms plus « abordables » : zizi, zézette, etc..

Là encore, il faut faire avec son vécu et son sentiment, l’âge de son enfant et sa façon de fonctionner. L’enfant peut appeler son pénis « zizi » et comprendre également que le véritable nom pour nommer son sexe est le mot pénis. Aux parents de choisir ce qui leur semble le plus en adéquation avec l’éducation à la sexualité qu’ils donnent à leurs enfants. Pour nommer les organes génitaux, on profite des moments de change ou de bain, sans évidemment rentrer dans les détails physiques. Attention à ne pas faire du « avec » et du « sans » comme on peut le faire spontanément « tu es un garçon parce que tu n’as pas de zézette » ou « tu es une fille parce que tu n’as pas de zizi » qui pourrait parfois être mal interprété par les enfants comme le rappelle Thierry Lenain dans son excellent Mademoiselle Zazie n’a pas de zizi, le monde n’est pas coupé en deux entre les sans et les avec zizi !

Et quel ton employer ? 

Concernant le ton avec lequel on aborde la sexualité et les organes sexuels, faites-vous confiance !  Il ne s’agit pas là d’être complètement psychorigide ni de banaliser la chose. Employez un ton rassurant et normal (car ça l’est) et sachez également rassurer votre enfant. Attention à ne pas devancer ses questions cependant en donnant trop de détails.

Si vous êtes mal à l’aise, passez le relais à l’autre parent ou bien faites-vous aider par un ouvrage adapté qui déliera les langues et permettra de poser un support neutre entre vous et le sujet. Quoiqu’il en soit, ne stressez pas, l’enfant demande juste à comprendre la sexualité, de la même façon qu’il cherche à savoir pourquoi les dinosaures ont disparu (même si étonnamment le sujet vous embarrasse moins).

Pour vous aider à aborder le thème de la sexualité avec votre enfant, vous trouverez beaucoup d’ouvrages adaptés aux différents âges : que ce soient des encyclopédies ou des livres de littérature jeunesse, tous apportent quelque chose à l’enfant : des explications concrètes, des exemples adaptés à leurs âges, des situations dans lesquelles ils peuvent se reconnaître et surtout de la dédramatisation !

Voilà une petite sélection d’ouvrages non-exhaustive, à vous d’aller farfouiller en librairie ou en médiathèque pour trouver l’ouvrage qui vous semblera le plus adapté à votre enfant. 

Côté « encyclo »

L’imagerie du corps humain est un premier ouvrage assez facile d’accès pour nommer les différentes parties du corps. Un peu simple mais idéal pour les tout-petits. Cela dit il existe pas mal d’imagiers du corps humain, n’hésitez pas à prendre celui qui vous plaît le plus car c’est un ouvrage qui sera souvent ouvert !

Côté premières encyclopédies et premières questions, voilà L’amour et les bébés, un petit classique adapté aux enfants de 4/5 ans, qui répond clairement  à des questions que peuvent se poser des enfants. Par exemple : Comment on sait qu'on est amoureux ? Est-ce que je peux me marier avec mon papa ? Pourquoi les garçons font pipi debout ? Pourquoi, quand je joue avec mon zizi, il grossit et devient costaud ? Comment on fait l'amour sexuel ? etc. Des questions et des réponses intelligentes qui permettent parfois de mettre un support entre l’enfant et vous, si vous êtes mal à l’aise pour certains sujets.

encyclo vie sexuelle 1 Img

Pour les plus grands, voilà de « véritables » encyclopédies adaptées. Des schémas clairs, des mots adaptés aux enfants, des explications saines et sans détours, voilà un excellent support pour expliquer la sexualité aux enfants, les changements qui vont survenir dans leur propre corps, le respect de soi. Pas de discours angoissant mais plutôt de la matière pour ceux qui s’interrogent beaucoup.

Le fameux Guide du Zizi Sexuel est drôle, très drôle et permet véritablement de rire du sujet tout en apprenant mille petites choses. A réserver aux plus grands (vers 7/8 ans) car certains sujets peuvent être un peu complexes pour les petits. Il met en scène Titeuf et permet vraiment de dédramatiser toutes ces questions.

L’excellent C’est ta vie est à réserver aux plus âgés, vers 7/8 ans également. Très bel ouvrage qui raconte sans tabou l’amour, l’amitié et la sexualité, il permet vraiment d’expliquer sainement les enjeux de ces sujets. Un ouvrage à garder et qui servira de support de discussion aux plus grands.

Côté histoires

Pour rire un peu du sujet mais toujours de manière ludique et intelligente, voilà quelques ouvrages que vous pouvez lire en famille :

Comment on fait les bébés : ouvrage très drôle dans lequel les parents tentent d’expliquer la sexualité à leurs enfants (qui connaissent déjà tout). Vraiment marrant car les enfants s’y retrouvent et se sentent valorisés. A partir de 4 ans.

Graine d’Amour : petit livre qui raconte comment un bébé se fabrique, du papa à la maman, sans rentrer dans les détails physiques. Un peu « bébé » peut-être mais que les enfants apprécient car il raconte leur histoire. A partir de 3 /4 ans.

Ouvrage d’une série très sympathique qui aborde des sujets parfois un peu épineux. Les personnages sont attachants et le contenu très bien vu. A partir de 6/7 ans.

Graine de bébé est un petit ouvrage très très joli qui explique beaucoup de choses sur la conception et la naissance, sans mettre de côté la PMA et la césarienne. Assez rare pour être souligné. Une pépite. A partir de 5/6 ans.

Le Parcours de Paulo met en scène le parcours d’un spermatozoïde de manière très imagée et très drôle. Les enfants apprécient ce petit monde. A partir de 5/6 ans.

Dans la série des Max & Lili, on ne peut pas passer à côté du fameux Max ne pense qu’au zizi. Les enfants apprécient beaucoup cette collection qui permet de les rassurer et d’établir le dialogue grâce aux questions finales. A partir de 6/7 ans.

 N’hésitez pas à partager vos trouvailles-lectures en commentaire, il est parfois sympathique de trouver des ouvrages moins connus mais tout aussi adaptés aux enfants.

Au quotidien, ces petits livres vous permettent d’aborder le thème de la sexualité sans gênes ni tabou. On peut ainsi parler zizi et zézette à la maison sans que personne ne soit choqué !

Quant aux enfants qui se touchent, qui se tripotent, attention à votre réaction ! Inutile de lui dire que c’est sale ou que c’est dégoûtant (parce que ça ne l’est pas). Expliquez à l’enfant qu’il a tout à fait le droit de faire ce qu’il fait mais qu’uniquement lui a ce droit (personne d’autre ne peut lui toucher le sexe) et qu’il vaut mieux le faire dans sa chambre ou dans son lit car ce n’est pas quelque chose qu’on fait lorsqu’il y a du monde. Ainsi, vous posez un cadre : tu es libre de toucher ton corps mais personne d’autre ne peut le faire ET nous respectons ton intimité. De la même façon, si votre enfant devient pudique alors qu’il ne l’était pas forcément, respectez son choix en frappant avant d’entrer dans sa chambre et en le laissant prendre son bain ou sa douche seul (alors qu’il/elle le prenait avec son frère ou sa sœur auparavant). L’essentiel est de transmettre à l’enfant le respect pour son corps, son intimité et sa pudeur et de rester à l’écoute des éventuels soucis qu’il pourrait rencontrer.

Quelques initiatives concernant la prévention des abus sexuels ont vu le jour récemment et nous tenons à partager celle-ci : On ne touche pas ici, initiative européenne qui vise à prévenir les abus sexuels sur les enfants. En suivant un petit personnage qui explique à l’enfant l’importance de savoir dire non et en rappelant l’interdiction faite à quiconque de le toucher sans son accord, l’enfant peut ainsi comprendre (avec l’aide d’un parent) quelles sont les règles et quels sont les interdits. Evidemment, on fait une exception pour le personnel médical amené à soigner l’enfant mais cette initiative, accompagnée d’un petit livre et d’un dessin animé, a le mérite de poser des mots clairs sur des sujets parfois encore trop tabous.

Votre rôle de parent est d’accompagner votre enfant dans le savoir. Votre enfant doit comprendre que la reproduction et la sexualité sont normales, qu’elles peuvent revêtir plusieurs formes dès qu’ils sont en âge de le comprendre (dans le cas de couples homoparentaux) et que tout cela fait partie du cycle de la vie. Les outils pédagogiques de plus en plus nombreux vous permettront d’élaborer un discours clair et intelligible pour l’enfant.

Avant de boucler ce petit article et de vous laisser partager vos éventuelles lectures et/ou questions, voilà un petit article canadien très intéressant afin d’aider les parents d’enfants atteint de TED à aborder le thème de la sexualité (trouble envahissant du développement), parce qu’il est vrai que certaines notions peuvent parfois poser problème, comme celle du respect de soi, d’intimité, etc…

 

Pour conclure sur le thème de la sexualité expliquée à l’enfant, il nous paraît important de rappeler qu’il faut y aller progressivement dans l’apprentissage des notions, répondre aux attentes des enfants tout en respectant leurs âges. Au quotidien, cela va de pair avec un respect de son corps, de sa pudeur et de son intimité. On ne se moque pas d’un enfant qui ne souhaite pas qu’on le voit nu, on ne ridiculise pas certaines situations, bref, on essaie d’apprendre à l’enfant le respect de son corps et la notion d’intimité. Votre rôle est d’informer, rassurer et être présent de manière bienveillante.

Pour apporter un peu de légèreté, on peut piocher dans la littérature jeunesse abondante afin que le thème ne soit pas tabou, afin qu’au fil des ans votre enfant puisse vous en parler librement ou tout du moins savoir qu’il pourra le faire.

 

Marie Perarnau Publié le 19 janvier 2018 Par Marie Perarnau
Retour en haut