La varicelle

1
Quelle est la durée d'incubation de la varicelle ?

L'incubation du virus de la varicelle varie entre 10 à 21 jours. La varicelle se déclare donc aux alentours de 2 semaines après avoir été en contact avec une personne atteinte. L'infection n'est pas systématique en cas de contage.

 

Pendant combien de temps l'enfant est-il contagieux ?

L'enfant est contagieux au moins 2 jours avant l'apparition des boutons et jusqu'à ce que ces derniers soient secs. Le virus de la varicelle est très contagieux.

Il se transmet par voie respiratoire (par la salive et les postillons) et également par les vésicules (les boutons). 

Une personne ayant déjà eu la varicelle est immunisée. Elle ne redevient pas contagieuse après avoir été en contact avec un sujet malade.

En revanche, elle peut transmettre le virus par contact direct. C'est pourquoi le lavage de mains est impératif en cas de contact avec un individu atteint de varicelle.

 

Quels sont les symptômes ?

Les premiers symptômes de la varicelle sont une fièvre ou fébricule et un petit rhume.

Ils passent parfois inaperçus. L'éruption débute au niveau du cuir chevelu puis s'étend ensuite à tout le corps en quelques jours.

Les boutons sont initialement petits et rouges puis ils deviennent rapidement vésiculeux (ils contiennent un liquide trouble et ressemblent à une gouttelette de rosée) et quelques jours plus tard ils sèchent et forment une croûte.

Des petits boutons dans la bouche sont parfois observés.

Habituellement, la varicelle évolue en 2 ou 3 poussées de boutons, espacées chacune de 24 ou 48 heures.

Les croûtes tombent au bout d'une semaine et laissent place à de petites cicatrices qui s'atténuent en quelques mois. Les démangeaisons sont fréquentes mais non systématiques.

Le jeune enfant qui ne sait pas se gratter se frotte le dos dans son lit ou s'agite sans cesse. Des petits ganglions sont palpés au niveau du cou. La maladie guérit en une ou deux semaines.

 

Que faire en cas de varicelle ?

En cas de fièvre, découvrez l'enfant et donnez-lui du paracétamol. C'est le seul antipyrétique autorisé.

L'usage d'anti-inflammatoires ou d'aspirine est formellement contre-indiqué eu cours de la varicelle en raison des potentielles complications.

 

Pour éviter les surinfections de la peau :

  • Coupez les ongles de l'enfant ras et brossez-les au savon lors de chaque lavage de mains
  • Désinfectez les boutons à l'aide d'un antiseptique incolore une à deux fois par jour. L'usage d'antiseptiques colorés est déconseillé car cela peut masquer les surinfections de la peau.

Vous pouvez également utiliser des savons antiseptiques.

  • Le talc est à proscrire, tout comme les pommades.

En cas de démangeaisons, administrez un sirop anti-histaminique. Demandez conseil auprès de votre pharmacien ou médecin.  

 

Pour éviter les cicatrices :

  • Désinfectez la peau,
  • Expliquez à l'enfant qu'il ne doit pas se gratter,
  • Evitez la macération des boutons en donnant plutôt des douches que des bains et séchez bien la peau en tamponnant après la toilette, sans frotter,
  • Appliquez éventuellement une lotion cicatrisante sur les croûtes,
  • Protégez du soleil afin d'éviter les colorations définitives.

L'éviction de la collectivité n'est pas obligatoire mais elle est recommandée à la phase aigüe de la maladie pour le confort de l'enfant.  

 

Quels sont les risques de la varicelle? Est-ce dangereux chez les tout-petits bébés ?

La varicelle est dans la grande majorité bénigne chez les enfants.

Elle peut être grave chez les nouveaux-nés (âgé de moins d'un moins), chez les personnes immuno-déprimées (par le SIDA par exemple ou par un traitement immunosuppresseur comme les corticoïdes) et chez les femmes enceintes non immunisées.

Les complications sont plus fréquentes chez les adultes et les bébés de moins de six mois ou un an.

Les surinfections cutanées : Ce sont les complications les plus courantes.

Elles sont favorisées par le grattage et l'application de talc ou de pommade sur les boutons. Elles peuvent être évitées par un nettoyage soigneux et une désinfection de la peau.

Elles se manifestent par des lésions cutanées (suintantes, purulentes, gonflées ou douloureuses), accompagnées ou non de fièvre.

Les complications pulmonaires : Elles sont plus rares et s'observent principalement chez l'adulte ou le nourrisson de moins de 6 mois.

Elles se manifestent par une toux importante et des difficultés respiratoires ou par une fièvre élevée dans les 3 ou 4 jours qui suivent le début de l'éruption.

Les complications neurologiques : Elles sont exceptionnelles. Il en existe deux types : les ataxies (vertiges, troubles de l'équilibre) qui sont bénignes, et les méningo-encéphalites.

Les cicatrices : Les cicatrices peuvent parfois rester indélébiles, notamment en cas de surinfection de la peau ou de lésions de grattage importantes. Elles peuvent se colorer en cas d'exposition solaire.

Le zona : Le zona correspond à une réactivation du virus de la varicelle resté latent dans les ganglions après la maladie. Il est rare chez l'enfant mais s'observe parfois en cas de baisse passagère des défenses immunitaire ou si l'enfant a contracté la varicelle avant l'âge d'un an ou encore si sa maman a été infectée par le virus pendant la grossesse.

 

 

L'hospitalisation est recommandée en cas de varicelle chez le nouveau-né de moins d'un moins.

 

Par ailleurs, il faut consulter :

  • Si le bébé ou l'enfant a un comportement anormal ou semble en mauvais état général.
  • S'il a une fièvre élevée
  • S'il tousse ou a du mal à respirer
  • Si les boutons s'infectent

 

Quels sont les risques de contracter la varicelle pendant la grossesse ?

La varicelle pendant la grossesse peut être grave pour la maman et pour son bébé.

  • Au premier trimestre, il existe un risque de fausse-couche.
  • Au cours des cinq ou six premiers mois, le bébé peut contracter une varicelle congénitale qui se manifestera par un retard de croissance, des anomalies neurologiques, des anomalies des membres et des yeux et des lésions cutanées à la naissance.
  • Au troisième trimestre, la maman peut développer une varicelle grave, accoucher prématurément ou encore transmettre le virus et la maladie au nouveau-né. Le bébé pourra développer un zona précocement.

Environ 5% des femmes enceintes ne sont pas immunisées contre la varicelle. La vaccination doit donc être envisagée avant tout projet de grossesse.

 

Que penser de la vaccination ?

Le vaccin contre la varicelle n'est pas recommandé chez l'enfant en bonne santé.

En effet, il est préférable qu'il contracte la maladie au cours de la petite enfance, bénigne à cet âge.

L'infection confère par ailleurs une immunité durable, contrairement au vaccin. Ainsi, l'adulte qui a attrapé la varicelle dans l'enfance sera protégé efficacement et n'encourra pas le risque de développer une varicelle grave ou compliquée. Aujourd'hui, le vaccin est préconisé en France :

  • Chez les adolescents entre 12 et 18 ans sans antécédents de varicelle
  • Chez les femmes en âge de procréer non immunisées.
  • Dans certains cas de maladies chroniques ou situations professionnelles.

En cas de doute, une sérologie (par prise de sang) peut être réalisée pour vérifier le statut. La vaccination peut également être effectuée chez les adultes sans antécédents de varicelle dans les 3 jours qui suivent un contact avec une personne atteinte.  

1- Improving our understanding of the colicky infant: a prospective observational study. Kvitvaer BG, Miller J, Newell D. J Clin Nurs. 2012 Jan;21(1-2):63-9.

2- Colic in infants. Peter Lucassen. Clin Evid (Online) ; 2010 Féb 5.

3- Why are they having infant colic? A nested case-control study. Yalçin SS, Orün E, Mutlu B, Madendag Y, Sinici I, Dursun A, Ozkara HA, Ustünyurt Z, Kutluk S, Yurdakök K. Paediatr Perinat Epidemiol. 2010 Nov;24(6).

4- Focus on infantile colic. Savino F. Acta Paediatr. 2007 Sep;96(9):1259-64.

5- Breastfeeding may improve nocturnal sleep and reduce infantile colic: potential role of breast milk melatonin. Cohen Engler A, Hadash A, Shehadeh N, Pillar G. Eur J Pediatr. 2012 Apr;171(4):729-32.

6- Dietary treatment of colic caused by excess gas in infants: biochemical evidence. Infante D, Segarra O, Luyer BL. World J Gastroenterol. 2011 Apr 28;17(16):2104-8.

7- Lactobacillus reuteri DSM 17938 in infantile colic: a randomized, double-blind, placebo-controlled trial. Savino F, Cordisco L, Tarasco V, Palumeri E, Calabrese R, Oggero R, Roos S, Matteuzzi D. Pediatrics. 2010 Sep;126(3):e526-33.

8- Nutritional supplements and other complementary medicines for infantile colic: a systematic review. Perry R, Hunt K, Ernst E.cPediatrics. 2011 Apr;127(4):720-33.

9-Acupuncture reduces crying in infants with infantile colic: a randomised, controlled, blind clinical study. Landgren K, Kvorning N, Hallström I. Acupunct Med. 2010 Dec;28(4):174-9.

10- Therapeutic effects of cranial osteopathic manipulative medicine: a systematic review. Jäkel A, von Hauenschild P. J AM Osteopath Assoc. 2011 Dec;111(12):685-93.

11-l’ostéopathie crânienne du nourrisson 

12-article 3

13- seropp

Docteur Eve Balzamo Publié le 1 juillet 2012 Par Docteur Eve Balzamo
Retour en haut