INSCRIPTION

Le poisson

1

C'est bon pour la santé !  

Les poissons sont riches en acides gras poly-insaturés à longues chaines, en oméga 3 et en vitamines A, B6, B12, D et E.

Ils contiennent aussi certains minéraux et oligo-éléments indispensables à la santé (potassium, phosphore, sélénium, iode, fer et zinc) .

Les omégas 3 sont essentiels au développement cognitif et visuel du nourrisson et ont un effet protecteur sur le plan cardiovasculaire.

 

A quel âge peut-on donner du poisson au bébé ? En quelle quantité ?

L'introduction du poisson doit débuter au moment de la diversification alimentaire, après l'introduction des fruits et des légumes.

C'est donc habituellement autour de l'âge de 6 mois que l'on va proposer à bébé d'y goûter.

  • Au début, ajoutez 1 à 2 cuillerées à café de poisson cuit à la purée, soit environ 10 grammes
  • Entre 9 mois et 1 an, il est conseillé d'en proposer 20 grammes au cours d'un repas, soit 3 à 4 cuillerées à café
  • Augmentez ensuite la ration à 30 grammes, soit environ 6 cuillères à café chez le nourrisson

Au moment de la diversification, les poissons peuvent être cuits à la vapeur, au four ou à l'eau, nature.

  • Après 6 mois, vous pouvez rajouter un filet d'huile d'olive ou une noisette de beurre

 

L'allergie au poisson fait partie des allergies alimentaires les plus fréquentes avec les allergies à l'oeuf, arachide et lait de vache, mais de nombreuses études récentes montrent que retarder l'introduction de ces aliments dans l'alimentation du nourrisson ne permet pas d'éviter ou de diminuer les risques.

L'âge d'introduction du poisson est très variable selon les coutumes des différents pays mais n'est pas toujours scientifiquement fondé.

Certains le propose de façon très précoce et d'autres attendent que l'enfant ait plus de 3 ans !

Aujourd'hui, il est conseillé d'introduire le poisson dans l'alimentation du bébé à partir du moment où il consomme des purées de légumes et des compotes de fruits, soit autour de l'âge de 6 mois et sans attendre qu'il ait plus d'un an ou de 18 mois.

Cette recommandation est valable pour tous les enfants, quelque soit leur risque allergique.

Le poisson doit être proposé en toute petite quantité et cuit au moment de son introduction dans l'alimentation. 

 

En cas de manifestations allergiques déjà connues ou d'antécédents familiaux particuliers, parlez-en à votre pédiatre avant de débuter.

Quels poissons faut-il choisir ?

Au début de la diversification, proposez des poissons blancs maigres, type sole ou colin (frais ou surgelés).

Bien que la plupart des poissons peuvent être proposés, certains doivent être évités ou consommés en petite quantité.

En effet, certains poissons accumulent des substances nocives pour la santé (arsenic, methylmercure, dioxine et polychlorobiphénols) et leur consommation excessive peut exposer à des risques toxicologiques, notamment au niveau neurologique chez le foetus et le jeune enfant.

Ainsi, les autorités sanitaires recommandent chez les femmes enceintes ou allaitantes et chez les enfants de moins de 3 ans :

  • d'éviter la consommation d'anguille, carpe, barbeau, brème, silure (ces poissons accumulent les polychlorobiphénols)
  • d'éviter la consommation d'espadon, siki, marlin, requin et lamproie (riches en methylmercure)
  • de limiter la consommation de poissons prédateurs sauvages à 60 grammes par semaine chez l'enfant de moins de 30 mois: lotte (baudroie), loup (bar), bonite, anguille, empereur, grenadier, flétan, brochet, dorade, raie, sabre, thon

 

Combien de fois par semaine doit-on consommer du poisson ?

Il est recommandé de consommer du poisson 2 fois par semaine :

  • une portion de poisson maigre
  • et une portion de poisson gras par semaine

En variant les espèces et modes et régions d'élevage et en limitant la consommation hebdomadaire de poissons prédateurs sauvages  

  • Poissons gras : saumon, sardine, maquereau, hareng, truite fumée, bar ou loup, truite, dorade, turbot, éperlan, brochet, flétan ....
  • Poissons maigres : colin ou lieu noir, cabillaud, merlan, sole, julienne, raie, merlu, baudroie ou lotte, carrelet ou plie, limande, thon en conserve ...

 

Peut-on donner des fruits de mer et du poisson cru à l'enfant?

Les poissons ou crustacés crus peuvent contenir des bactéries pouvant être responsables de toxi-infection alimentaires.

Ces bactéries sont détruites par la cuisson (cuisson à coeur, 55°C minimum).  Les enfants de moins de 30 mois et les femmes enceintes ou allaitantes ne doivent pas consommer de poissons crus ou fumés ni de coquillages crus.  

Avant de manger du poisson cru,  il est conseillé pour les autres consommateurs :

  • de couper le poisson en fines tranches afin de vérifier sa bonne qualité
  • et de le congeler pendant une semaine minimum

 

Découvrez toutes nos fiches santé - pédiatrie rédigées par notre pédiatre en cliquant ici

5

Les enfants doivent-ils manger du poisson ? Abstract Pédiatrie n°225 Juin 2012 

Les 10 commandements de la diversification alimentaire, Abstract Pédiatrie n°225 Juin 2012 

Recommandations ESPGHAN 2008 - Allergies alimentaires - Bénéfices nutritionnels et risques potentiels de la consommation de poisson, Réalités pédiatriques, septembre 2012 

Avis de l'AFSSA du 14 juin 2010 relatif aux bénéfices / risques liés à la consommation de poissons 

Afssa, Poisson, les recommandations 

Anses, Consommation des poissons, mollusques et crustacés : Aspects nutritionnels et sanitaires pour l'Homme.

Docteur Eve Balzamo Publié le 1 novembre 2012 Par Docteur Eve Balzamo
Retour en haut