INSCRIPTION
Retrouvez nous également sur FacebookTwitterPinterest

Le spasme du sanglot

Ce phénomène, généralement sans gravité  impressionne  les parents. Comment réagir? Quel est la méthode à adoptée ?  On fait le point ensemble. 

Ce terme, souvent  inconnu des  parents touchent quand même 5% des enfant.  A la suite d'une contrariété, d'une douleur ou pendant une crise de pleurs, ces derniers bloquent leur respiration et s'arrêtent de respirer quelques instants jusqu'à en devenir bleu ou pâle et perdre connaissance. 

Cet événement, très impressionnant, est appelé spasme du sanglot. Il est sans danger et l'enfant revient toujours à lui comme si de rien n'était, sans séquelle.

Les parents doivent être convaincus de son caractère bénin et ne doivent pas dramatiser l'évènement.

Par la suite, ils ne doivent pas modifier leurs comportements vis à vis de l'enfant dans le but d'éviter les récidives. Ainsi, l'enfant constatera qu'il n'a pas d'emprise sur les adultes en agissant de la sorte.  

Comment reconnaître un spasme du sanglot ?

Il existe deux formes de spasmes du sanglot :

  • La forme « bleue » , par apnée, est la plus fréquente

Elle survient quand le bébé crie alors qu'il est contrarié, d'un énervement ou d'une peur.

L'enfant pleure, hurle, puis bloque sa respiration et n'arrive plus à la reprendre.

On le voit bouche-ouverte, sans qu'aucun son ne sorte, pendant 2 à 3 secondes.

Parfois, le spasme du sanglot se prolonge et ses lèvres bleuissent.

Cette apnée peut ainsi provoquer une perte de connaissance, avec hypotonie (le bébé devient tout mou), révulsion oculaire, et parfois même secousses musculaires.

Puis l'enfant revient à lui très rapidement, comme si de rien n'était.

Il existe une autre forme de spasme du sanglot, moins connue mais encore plus impressionnante :

  • la forme « blanche »

Le spasme survient alors sans sanglot mais toujours au moment d'une frustration  peur, émotion, ou contrariété.

Le bébé devient soudain extrêmement pâle au niveau de son visage, puis il perd connaissance.

Il est « comme mort ». Cette forme de spasme équivaut à un malaise vagal et l'enfant va revenir à lui, tout seul et sans séquelles, comme dans la forme typique.

  • Parfois, les 2 formes de spasmes du sanglot se succèdent

Bébé pleure, hurle, s'arrête de respirer, devient bleu, puis soudain tout blanc, et il tombe dans les pommes.

Un élément très important dans la description du spasme du sanglot est qu'il survient habituellement avec les parents (ou avec les personnes qui ont une grande proximité avec l'enfant), et en général aussi toujours avec la ou les mêmes personnes...

A quel âge débutent les spasmes du sanglot ? Jusqu'à quand durent-ils ?

Les spasmes du sanglot se manifestent chez la plupart des enfants entre 6 mois et 3 ans, mais ils sont surtout fréquent autour de l'âge de 18 mois.

De temps à autre, ils surviennent beaucoup plus tôt, dès les premières semaines.

Ils cessent en général vers 5 ans.

Il n'est en revanche pas classique que les premiers spasmes du sanglot débutent après l'âge de 3 ou 4 ans.

Si c'est le cas, il faut consulter rapidement pour être sûr qu'il ne s'agisse pas d'un autre problème.  

Y a-t-il des diagnostics différentiels ? Peut-on confondre un spasme du sanglot avec une autre pathologie ?

Le spasme du sanglot est un événement typique et facilement reconnaissable.

Epilepsie, malaises cardiaques ou respiratoires peuvent toutefois être confondus avec des spasmes du sanglot.  

QUAND FAUT-IL CONSULTER ?

  • En cas de malaise bleu ou blanc survenant spontanément, sans rapport avec les pleurs ou la contrariété
  • En cas de malaise bleu ou blanc survenant pendant l'alimentation, ou après que l'enfant ait toussé violemment
  • En cas de convulsions ou mouvements anormaux, accompagnés ou non d'une perte de connaissance
  • Si le bébé ou l'enfant ne revient pas à son état normal à la suite du malaise
  • Si les spasmes du sanglot se manifestent pour la première fois après l'âge de 3 ou 4 ans ou à quelques jours de vie. 

Pourquoi certains enfants font des spasmes du sanglot et d'autres jamais ?

Les mécanismes du spasme du sanglot sont encore mal élucidés et son origine est vraisemblablement multifactorielle.

L'hypothèse principale de la survenue de ces spasmes serait une immaturité ou un dysfonctionnement du système nerveux autonome chez le tout-petit (le système nerveux autonome contrôle les fonctions centrales du corps, comme la respiration et les contractions cardiaques) à laquelle s'ajouterait des traits de caractères communs comme l'intolérance à la frustration, l'émotivité, l'anxiété, la colère, ainsi qu'une anémie par manque de fer chez certains enfants(1).

Par ailleurs, on retrouve une part d'hérédité : 35% des enfants qui font des spasmes du sanglot ont un parent qui lui aussi faisait des spasmes lorsqu'il était enfant(2).

En revanche, il n'y a pas de différence entre les filles et les garçons.

Comment réagir face à un spasme du sanglot ?

Il n'y a rien de particulier à faire sauf garder en tête et se répéter qu'il n'y a aucun risque.

Le spasme du sanglot n'est jamais mortel !

Le bébé ou l'enfant va revenir à lui tout seul, de manière réflexe, et reprendre sa respiration.

Placez le en position latérale de sécurité. 

Inutile donc de le tapoter ou de l'asperger d'eau.

Ne le secouez pas , cela pourrait devenir dangereux.

Faites seulement en sorte qu'il ne se blesse pas s'il venait à perdre connaissance et tomber.

Si les épisodes se répètent trop souvent ou si vous avez un doute sur le diagnostic, consultez votre pédiatre.

Le témoignage d'une maman

La blogueuse "La nana lambda " est revenue sur cet épisode traumatisant qu'elle a vécu quand son enfant avait environ 1  an.  Son fils sortait tous les  jouets alors qu'elle était occupée à ranger. En le voyant faire, cette maman n'a pas pu s'empêcher de le disputer. Sur le moment, l'enfant n'a rien dit mais a été se cacher  dans la pièce. Quelques minutes plus tard, un bruit sourd se fit entendre. La maman se précipite et voit son enfant inconscient.  Alors qu'elle le stimule pendant environ 2 minutes pour qu'il reprenne connaissance,  les pompiers arrivent très rapidement.  Le petit garçon sera emmené à l'hôpital pour faire des examens complémentaires mais  les médecins n'ont rien trouvé d'anormales.  L'enfant présentait tous  les signes d'un spasme du sanglot. Une chose est sûre , cette maman se rappellera longtemps de cette journée. 

Sources

Changes of autonomic nervous system function in patients with breath-holding spells treated with iron. Orii KE, Kato Z, Osamu F, Funato M, Kubodera U, Inoue R, Shimozawa N, Kondo N. J Child Neurol 2002 May;17(5):337-40. 

Prospective study of children with cyanotic and pallid breath-holding spells. DiMario FJ Jr. Pediatrics 2001 Feb;107(2):265-9. 

Double-blind, placebo-controlled trial on the effect of piracetam on breath-holding spells. Sawires H, Botrous O. Eur J Pe, 2012 Feb 1  

 

Publié le 02 juillet 2018 Par Docteur Eve Balzamo
Vous aimerez également
Retour en haut