Les poussées dentaire des bébés

intro

Les 5 questions de pédiatrie de la semaine «Les poussées dentaires».

Interview du Dr Balzamo, pédiatre, auteur du Guide de Santé Pour Les Enfants de 0 à 14 ans aux éditions Flammarion.

1°) «Bonjour Dr Balzamo, le thème de la semaine dernière est une préoccupation constante des mamans dans la 1ère année ! Pour certaines, dont je fais partie, cela s’est avéré être assez difficile à gérer ! Et c’est tellement variable d’un enfant à l’autre … D’ailleurs, à quel âge poussent les premières dents et dans quel ordre arrivent-elles? »

Bonjour Avis de Mamans,

Habituellement, les premières petites dents poussent autour de 6 ou 7 mois. Mais chaque bébé est différent et certains naissent avec des dents (et oui, comme Napoléon!) quand d’autres n’en n’ont toujours pas à 1 an.

Si l’enfant n’a toujours aucune dent à 18 mois, il faut consulter.

Les incisives (inférieures ou supérieures) sont les premières à percer. Elles peuvent pousser au cours d’une même période, ou bien en plusieurs mois. Il y en a 8 au total: 4 en bas et 4 en haut.

Parfois, les incisives latérales poussent avant les incisives centrales.

Ensuite apparaissent 4 canines et 4 prémolaires et leur percée peut être longue et douloureuse. Les prémolaires apparaissent souvent avant les canines.

Vers 2 ans, le bébé a donc 16 dents de lait.

Mais les poussées dentaires ne sont pas terminées : entre 2 et 3 ans, les 2èmes prémolaires de lait vont arriver.

2°) Comment expliquer que, dès l’âge de 3 ou 4 mois, de nombreux bébés bavent et mettent leurs mains dans la bouche? Est-ce le début des poussées dentaires? Bébé a-t-il déjà «mal aux dents»?

A partir de 3 ou 4 mois, tous les bébés bavent et portent leurs mains à la bouche. C’est parfaitement normal et ce n’est pas forcément synonyme de poussée dentaire.

En effet, les glandes salivaires du nourrisson commencent à fonctionner vers l’âge de 2 ou 3 mois, et elles peuvent produire beaucoup de salive (un adulte produit jusqu’à 1 litre de salive par jour). Comme le bébé n’a pas le réflexe d’avaler, sa salive coule hors de sa bouche.

Parallèlement, il ne faut pas oublier qu’à partir de l’âge de 3 ou 4 mois il commence à coordonner ses mouvements et est alors capable de porter ses mains (puis des objets) jusqu’à sa bouche. C’est ainsi qu’il commence à découvrir le monde qui l’entoure. Il bavera alors d’autant plus si sa bouche est ouverte sur ses doigts ou sur un jouet.

Par ailleurs, les poussées dentaires s’accompagnent souvent d’une hyper-salivation (qui permettrait de calmer l’inflammation de la gencive) et de démangeaisons ou de douleurs gingivales incitant le bébé à frotter énergiquement ses gencives.

3°) Comment reconnaître une poussée dentaire?

La poussée dentaire peut aussi bien passer inaperçue qu’être extrêmement bruyante (et difficile pour les parents!), et il n’est pas toujours évident de la reconnaître.

Les symptômes(1, 2) sont non spécifiques et peuvent varier d’un enfant à l’autre. Ce sont:

  • Le gonflement de la gencive : la gencive en regard de la dent qui pousse est souvent enflée et rouge, mais ceci est parfois difficile à observer, notamment au niveau des incisives inférieures. On peut également sentir la petite dent qui perce en appuyant avec un doigt (propre) sur la gencive du bébé.
  • La douleur : elle est d’intensité très variable selon les enfants et selon le type de dent qui perce. Elle est plus intense en position couchée.

On y pense quand le bébé :

  • Est grognon
  • Frotte énergiquement ses gencives, mordille ou mâchonne tout ce qu’il trouve
  • Crie sans raison plusieurs fois par jour
  • Est irritable et pique de véritables colères alors que tout semble aller bien
  • Est difficile à calmer lorsqu’il pleure
  • Se réveille plusieurs fois par nuit en criant
  • Refuse de manger

 

  • L’hyper-salivation : le bébé peut baver plus qu’à l’habitude
  • Les joues rouges écarlates : de temps en temps, la ou les joues du bébé sont rouges et chaudes pendant quelques heures au moment d’une poussée dentaire
  • La diarrhée : les poussées dentaires s’accompagnent fréquemment de selles liquides et acides.
  • L’érythème fessier : il est favorisé par la diarrhée
  • La fièvre : Parfois un fébricule autour de 38/38,5 est observé pendant quelques heures. Mais attention, une poussée dentaire ne donne pas une fièvre élevée ou une fièvre continue qui dure. Si c’est le cas, il faut consulter!
  • Le nez qui coule : ce phénomène est souvent décrit. En revanche, aucune étude n’a démontré une relation de cause à effet entre otites et poussée dentaire (même si ces phénomènes sont souvent observés en consultation).

En cas de fièvre ou douleur importante, il n’est parfois pas possible de faire la différence entre une otite ou une autre infection et une poussée dentaire. Une consultation médicale est recommandée lorsque les symptômes se prolongent au-delà de 2 ou 3 jours.

4°) Comment soulager les poussées dentaires? Y a t’il un remède «miracle»?

 Le symptôme principal est la douleur, et il est important de soulager bébé.

Lorsqu’il a mal :

  • On le rassure tout en restant patient, calme et détendu. La position assise, verticale dans les bras, ou tête surélevée dans le lit peut le soulager.
  • On lui propose un anneau de dentition, si possible réfrigéré (le froid calme la douleur), à mâchouiller tout au long de la journée.
  • On masse ses gencives avec un doigt propre (s’il se laisse faire).
  • Les gels gingivaux, qui sont parfois utilisés au moment des massages des gencives doivent être utilisés avec parcimonie et il est important de respecter leurs notices d’utilisation.
  • Lorsque la douleur est importante (cris ou pleurs inexpliqués ou difficiles à calmer), il faut administrer un antalgique de type paracétamol (toutes les 6 heures si besoin, soit 4 fois par 24 heures). Il est possible d’en donner pendant quelques jours d’affilée au moment du coucher si la douleur est insomniante
  • Dans certains cas, le pédiatre ou pharmacien peut recommander un anti-inflammatoire non stéroïdien.
  • L’homéopathie est sans risque mais son efficacité n’est pas scientifiquement prouvée, et elle ne constitue pas un traitement antalgique
  • Les colliers d’ambre : En raison du risque potentiel d’étranglement ou d’étouffement par ingestion de perles les colliers d’ambre sont formellement déconseillés. Aucune étude scientifique n’a démontré son efficacité pour soulager ou prévenir les douleurs au moment des poussées dentaires. Seul l’effet placebo peut être retenu. Il n’existe aucune donnée médicale ni aucune source fiable sur ces colliers (3). Par ailleurs, il y a de nombreuses contre-façons.

5°) A quel âge l’enfant va t’il perdre ses dents de lait? Quelle sera sa dentition définitive?

L’enfant a 20 dents de lait : 8 incisives, 4 canines et 8 prémolaires. Elles vont toutes tomber et être remplacées.

Les premières dents de lait chutent aux alentours de 6 ans (entre 5 et 7 ans). A cette même  période vont pousser les 1ères molaires.

Les 2èmes molaires vont arriver vers 12 ans, les dents de sagesse vers 15/18 ans. Toutes les molaires sont définitives.

L’adulte a alors 32 dents : 8 incisives, 4 canines, 8 prémolaires, 12 molaires

L’éruption des dents définitives n’est pas douloureuse.

Découvrez toutes nos fiches santé - pédiatrie rédigées par notre pédiatre en cliquant ici

1- Prospective longitudinal study of signs and symptoms associated with primary tooth eruption. Ramos-Jorge J, Pordeux IA, Ramos-Jorge  ML, Paiva SM. Pediatrics 2011 Sep;128(3):471-6.

2- Teething disturbances; prevalence of objective manifestations in children under age 4 months to 36 months. Noor-Mohammed R, Basha S. Med Oral Patol Cir Bucal, 2012 May 1;17(3)

3- Décision du 25 octobre 2011 interdisant, en application des articles L. 5122-15, L. 5422-12, L. 5422-14 et R. 5122-23 à R. 5122-26 du code de la santé publique, la publicité pour un objet, appareil ou méthode présenté comme bénéfique pour la santé lorsqu’il n’est pas établi que ledit objet, appareil ou méthode possède les propriétés annoncées

Docteur Eve Balzamo Publié le 12 juin 2012 Par Docteur Eve Balzamo
Retour en haut