INSCRIPTION
Retrouvez nous également sur FacebookTwitterPinterest

Les vulvites

Fréquentes chez les petites filles, les vulvites sont des inflammations bénignes de la vulve. Elles surviennent principalement entre 3 et 5 ans, lorsque la fillette devient autonome pour la propreté.

Quels sont les symptômes ?

Les manifestations des vulvites sont des  brûlures ou des démangeaisons de la région génitale et des rougeurs de la vulve. Celle-ci peut être gonflée, luisante avec parfois quelques petites pertes d'aspect et d'abondance variable.

On observe parfois quelques traces de sang. Les rougeurs de la vulve peuvent s'étendre vers l'anus et les plis des cuisses. 

Le linge de l’enfant peut être souillé par des pertes dont la couleur varie du brun au vert mais qui ne sont pas malodorantes.

Les vulvites sont souvent récidivantes, entre les épisodes la fillette ne présente aucun symptôme. Une amélioration spontanée est observée vers l’âge de 9-10 ans

A quoi sont-elles dues ?

Plusieurs facteurs favorisent la survenue des vulvites chez les petites filles. Ce sont :

  • Une mauvaise hygiène locale, fréquente chez la fillette qui, vers 3 ou 4 ans,  ne se lave parfois pas minutieusement ou s'essuie mal après être allée aux toilettes, notamment à l'école. Une vulvite simple disparaîtra  face à une toilette vulvaire correctement faite. 
  • Des particularités anatomiques : absence des petites lèvres et de
    la pilosité qui ne protègent pas le vestibule, proximité de l’anus
    permettant la contamination par les germes périnéaux, hymen
    dont l’orifice parfois large favorise les mictions vaginales et
    n’offre pas d’obstacle aux germes avoisinants.
  • Des caractéristiques physiologiques : fragilité de la muqueuse vulvaire non œstrogénisée, pH alcalin, absence de bacille de Döderlein, ce qui diminue les moyens de défense et constitue un excellent environnement pour la multiplication des germe
  • Les frottements répétés comme le port vêtements serrés ou les essuyages énergiques avec du papier après être allée aux toilettes.
  • Les produits potentiellement irritants : bains moussants, lingettes, savons parfumés...
  • La macération dans les plis, notamment en cas de surpoids
  • Les oxyures , communément appelés "vers"

 La vulve et le vagin sont normalement colonisés par des bactéries qui ne provoquent aucun symptômes.

 Les mycoses sont très rares chez la fillette. En effet, une flore particulière inhibant la prolifération des champignons est présente au niveau des organes génitaux de la petite fille (avant qu'ils ne soient imprégnés par les oestrogènes).

En général, la simple observation des organes génitaux, parfois complétée par le toucher rectal constitue l’essentiel de l’examen gynécologique de l’enfant. Dans les situations les plus courantes, un prélèvement vulvaire n'est généralement pas  prescrit.

Que faire  en cas de vulvite?

Habituellement, l'épisode de vulvite guérit en quelques jours, grâce à une toilette quotidienne soigneuse.

  • Aidez la petite fille à faire sa toilette intime tous les jours en lui montrant notamment les bon gestes.  La toilette doit être faite à mains nues. ( pas de gant). 
  • Utilisez un savon doux adapté à la toilette intime. Hormis le savon de Marseille, on peut conseiller des savons neutres ou légèrement acides.
  • Rincez abondamment et séchez parfaitement en tamponnant avec un linge propre. 
  • Evitez les savons parfumés, les bains moussants.
  • Privilégiez des vêtements amples
  • Apprenez-lui à toujours s'essuyer de l'avant vers l'arrière.
  • En été, évitez qu'elle ne s'assied fesses nues dehors. Faites-lui une toilette intime rapidement après les bains de mer, de piscine ou jeux dans le sable.
  • Utilisez un vermifuge en cas de démangeaisons intenses notamment si localisées au niveau de l'anus.
  • En cas d’irritation importante l’application locale d’une crème antibiotique après la toilette peut accélérer la guérison

 

En cas de pertes vaginales anormales, abondantes ou nauséabondes et permanentes, il est indispensable de consulter votre pédiatre. Il s'agit peut-être d'une vaginite, dont les causes et le traitement sont différents de ceux des vulvites.   

 

Sources

Duflos-Cohade C : Vulvo-vaginites de l’enfant prépubère. 31es Journées nationales du Collège national des gynécologues et obstétriciens français (Paris) : 12-15 décembre 2007.
Chakhtoura Z., Simon A., Duflos C., Thibaud E. Gynécologie de l’enfant et de l’adolescente. EMC (Elsevier Masson SAS, Paris), Pédiatrie, 4-107-D-20, 2011.

Publié le 01 juillet 2018 Par Docteur Eve Balzamo
Vous aimerez également
Dermatologie

Les oxyures (les vers)

L'oxyurose est une parasitose digestive. C'est la plus fréquente des parasitoses digestives en France. Elle est très courante chez le jeune enfant...

Dermatologie

L'eczéma

L'eczéma, également appelé dermatite atopique ou eczéma atopique, est fréquent chez le nourrisson de moins de 2 ans...

Retour en haut