Loi anti-avortement en Espagne

Manifestation en soutien au droit à l'avortement // AFP
Un matin, en regardant twitter
 
 

Fin décembre, après l'euphorie des fêtes, je regarde ma tweetline et je tombe sur un phrase qui me glace le sang. Le gouvernement de Rajoy en Espagne présente une loi très restrictive contre l'avortement en Espagne.

J'ai cru à un canular. Ils sont légion ces temps derniers sur les réseaux. Un canular car je n'imaginais pas qu'en 2013, un gouvernement pouvait revenir sur un droit (plus qu'une loi) chèrement acquis et si fondamental pour les couples et plus largement les femmes.

Et puis, nous ne parlons pas d'un pays du tiers monde, autarcique ou considérablement arriéré au sujet de la thématique homme/femme mais bel et bien de l'Espagne.

La patrie de Pedro Almodovar qui a tant sublimé les femmes, leurs droits, leurs vies et leurs combats. La patrie de Rosalia Mera co-fondatrice de  la firme ZARA, femme engagée  qui s'est éteinte l'année dernière à 63 ans, et qui avait clairement manifesté son désaccord sur le projet de loi du ministre Alberto Luiz Gallardon

Aux portes de France, une nation, une démocratie, revient sur un droit des femmes à disposer de leurs corps et à choisir si oui ou non une grossesse est possible.

Pourquoi ce retour en arrière ?

En France, pratiquement aucun grand média n'a relayé l'info avant la mi-janvier...La seule personnalité politique qui a réagi en décembre c'est JM Le Pen se félicitant "que l'Espagne aille dans le camp de la vie"...J'ai la nausée.

J'ai donc cherché à comprendre ce qui motivait ce gouvernement espagnol, outre le fait qu'il soit profondément à droite. Et j'ai demandé à une amie française installée à Madrid de mener l'enquête, comme une sorte correspondante sur place.

Voilà ce que Marie nous dit après avoir interrogé des infirmières, des amies et des opposants locaux

"Il semble bien que la motivation de ce projet de loi soit d'ordre idéologique. Un projet de loi d'ultra-catholique.

Gallardón (Le ministre de la Justice) a été président de la Communauté de Madrid de 1995 à 2003, puis maire de Madrid de 2003 à 2011. Durant tout ce temps, il a donné l'image d'un homme politique de droite ouvert, ayant des amitiés avec la gauche.
Maintenant qu'il est ministre de la Justice, certains disent que sa véritable personnalité politique se révèle.
Son grand-père était un franquiste. Chroniqueur officiel du parti franquiste.

Son père, homme politique également; même s'il était proche de Juan Carlos de Borbon, n'a jamais caché son admiration pour Franco. Son père a notamment lutté contre la loi sur l'avortement espagnole de 1985, loi toujours en vigueur que Alberto Ruiz Gallardon remet actuellement en question. Il semblerait donc qu'il se sente une "légitimité", au nom de son père qui a lutté contre, de réformer cette loi. Le beau-père de ARG a également des liens avec le franquisme, il a été deux fois ministres sous Franco.
D'où ce projet de loi ultra-retrograde."

Faites du bruit

Ce projet n'est pas encore sûr de passer (heureusement), étant donné que certains dirigeants du Partido Popular (parti au pouvoir en Espagne) sont eux-mêmes contre (bien la preuve de son côté complètement retrograde).

Depuis, je reçois des messages des amies espagnoles de Marie qui me disent que nous devons faire quelquechose, nous en France, nous mobiliser pour les aider.

Et  qu'il ne s'agit pas d'une histoire de nationalité, de pays, mais des droits des femmes en 2013. Qui sait jusqu'où peut nous mener cette horrible situation.

Car si cette loi passe, l'avortement en Espagne sera autorisé selon ces conditions :

  • Si la grossesse met en danger la santé physique ou psychologique de la femme ou si elle résulte d'un viol.
  • Une femme pourra avorter jusqu'à 12 semaines de grossesse (contre 14 semaines aujourd'hui voir 22 semaines si le fœtus est malformé).
  • Un certificat médical devra être établi par deux médecins étrangers à la clinique où l'IVG sera pratiquée, prouvant le danger pour la femme, ou une plainte devra être déposée pour viol.
  • Les mineures devront obtenir l'accord parental pour avorter.
  • Si Un médecin pratique un avortement hors de ce cadre, risquera la prison.

Ce qui signifie que grand nombre de femmes se feront avorter en toute clandestinité, dans des conditions sanitaires précaires, nous rappelant les heures sombres de la France d'avant 1975. 

 

Faire la manche pour avorter

C'est le propos de cette comédienne qui a voulu, par ce happening, choqué les passants. Elle leur demande de l'argent pour payer son billet pour l'Angleterre où elle pourra avorter.

  • Campagne de soutien à l'actuel Ministre de la Justice

    Campagne de soutien à l'actuel Ministre de la Justice

    En mai 2013, le soutien à la campagne de Alberto Luiz Gallardon contre l'avortement en Espagne - Gádor Joya, porte-parole du Droit à Vivre

  • Tag dans les rues en Espagne

    Tag dans les rues en Espagne

    Une réalité figée sur les murs " Les riches pourront avorter, les pauvres vont mourir. Hypocrisie"

  • Alberto Luiz Gallardon

    Alberto Luiz Gallardon

    Le ministre espagnol de la Justice, à l'origine du projet de loi anti-avortement

  • Image choquante

    Image choquante

    Merci Beauté. Ne me dénonces pas pour t'avoir violée et je ne te dénoncerais pas si tu avortes. Car dans ton cas, c'est 6 ans de plus de prison

    Que faire ?

    Aujourd'hui en France, les anti-avortements manifestent à leur tour, ragaillardis par la situation espagnole. Nous nous devons de réagir pour ne pas entacher le travail de celles et ceux qui ont combattu pour que nous ayons ce droit à disposer de nos corps.

    Elle doit être une liberté inaliénable.

    • Alors, je vous invite plus que jamais à signer la pétition en ligne contre le projet de loi anti-avortement en Espagne pour manifester votre soutien.
    • Bien sûr, vous pouvez comme de nombreuses personnes l'ont déjà fait, adresser une photo à Osez Le féminisme qui a lancé une campagne contributive. Se prendre en photo portant un cintre ou des aiguilles à tricoter avec « Nunca màs ». Plus jamais ça. Plus ces photos seront nombreuses, plus cela aura de l’impact pour empêcher que cette loi passe via l’Europe. Mobilisons-nous
    • Suivez la page Osez le féminisme Droit à l'avortement Libre et sûr

     

    Battons-nous, indignons-nous... C'est l'affaire de tous.

     

    • Une femme qui porte le slogan " Nunca Màs"

      Une femme qui porte le slogan " Nunca Màs"

    • Les contre l'avortement gagnent d'autres pays

      Les contre l'avortement gagnent d'autres pays

      Invitation à manifester le 1er février en solidarité à l'Espagne qui lutte pour maintenir ses droits

    • Le symbole de la lutte pour le droit à l'avortement

      Le symbole de la lutte pour le droit à l'avortement

      Le cintre rappelle les heures noires de l'avortement clandestin et des faiseuses d'ange

    • Un droit historique

      Un droit historique

      avisdemamans avis Publié le 18 janvier 2014 Par avisdemamans avis
      Retour en haut