Marie Heurtin m'a bouleversée

Affiche Officielle

Marie Heurtin c'est le dernier film de Jean-Pierre Améris.

Marie Heurtin c'est l'histoire d'une jeune fille sourde et aveugle de naissance, devenue sauvage.

Marie Heurtin c'est surtout la vie de Soeur Marguerite, une religieuse malingre, chétive et passionnée.

Un jour, en désespoir de cause,  le père de Marie la conduit à l'institut de Larnay où des réligieuses prennent soin des sourdes.

C'est la rencontre entre Soeur Marguerite - douée au potager et Marie, jeune fille isolée dans son monde, sauvage, mal fagotée, refusant de communiquer avec les autres.

Marguerite, tout en sachant ses jours comptés, décide de prendre sous son aile cette jeune sauvageonne, de la civiliser et surtout de lui apprendre à communiquer.

De cris en silence, de coups en caresse, ce film m'a bouleversée.

Que j'ai reniflé, que j'ai mouché...

Non seulement parce qu'Isabelle Carré à la bouille enfantine, au regard délicieux et espiègle - d'un sourire me procure une immense émotion, mais aussi parce que ce lien, cet amour, cet échange permanent entre Marie et elle inverse les rôles en permanence et crée des paradoxes régulièrement.

Marguerite se sait malade, elle veut que les progrès de Marie soient rapides alors que Marie n'a pas conscience du temps qui passe. La patience se cultive comme le potager de Marguerite.

Marguerite, religieuse, voue sa vie à Dieu. La maternité lui est donc interdite. Et pourtant, c'est bien en mère qu'elle se comporte avec Marie. Elle la nourrit, la lave, la berce, la coiffe, l'ouvre au monde jusqu'à la préparer à sa propre mort quand elle même n'est pas encore prête.

Et puis, le plus bouleversant n'est pas ce que l'on croit. C'est bel et bien Marie qui ouvre Marguerite au monde. Marie privée de vue et d'ouïe qui apprend les sensations à Marguerite, lui montre le monde différemment comme une sorte de bénédiction.

Cette apprentissage mutuel nous questionne sur notre faculté à donner quand on reçoit sans jamais briser cette chaîne.

Une interpretation magistrale de Isabelle Carré qui incarne Soeur Marguerite. Pour autant je dois dire, que Ariana Rivoire est impressionnante de justesse, de réalisme et d'émotion. 

Elle donne de sa personne, irradie et dérange par ses crises, bouleverse quand elle signe pour la première fois... Une révélation pour une jeune fille qui côtoie les plateaux de cinéma pour la première fois.

J'ai aimé ce film. J'aime ces histoires qui transcendent les êtres humains et les rendent exceptionnels en tout point.

Courrez-y avec des mouchoirs

--> Les séances de Marie Heurtin sur Allociné 

 

 

avisdemamans avis Publié le 4 novembre 2014 Par avisdemamans avis
Retour en haut