INSCRIPTION

Mycose mammaire et allaitement

image intro

La mycose, ou candidose, est une affection due à un champignon, le candida albicans, qui fait partie de notre flore normale. Lorsque cette flore est déséquilibrée, le champignon se développe de façon excessive et devient pathogène.

Il arrive que les femmes souffrent de douleurs aux seins alors même que le bébé tète correctement et en l’absence de crevasses, les deux causes souvent à l’origine de douleurs pendant un allaitement.

Une des causes possibles de cette douleur, c’est la mycose mammaire.

Malheureusement elle est très peu connue, donc mal diagnostiquée et mal traitée ou voire tardivement, ce qui peut compromettre sérieusement l’allaitement.

Les symptômes :

Chez la mère :

  • des mamelons qui brûlent
  • des mamelons irrités, roses vifs jusqu'à l’aréole, lisses et luisants
  • des démangeaisons au niveau du mamelon
  • des douleurs intenses au niveau des mamelons irradiant à l’intérieur quand la mycose remonte le long des canaux lactifères (« Les femmes parlent de douleurs telles que des aiguilles qu’on enfonce dans le sein et de feu liquide »)

 

Chez le bébé :

  • voile ou points blancs crémeux sur les gencives et sur la langue
  • érythème fessier
  • agitation au sein

 

Dans la mycose du sein, la douleur est continue pendant toute la tétée et plus intense à la fin. Elle persiste même entre les tétées, contrairement à la douleur éprouvée lors de la mise au sein incorrecte qui est maximale en début de tétée et qui diminue ensuite.

Les éléments qui favorisent la candidose mammaire :
  • existence d’un autre site de candidose notamment vaginale
  • prise d’antibiotiques
  • crevasses mal soignées qui favorisent la surinfection
  • fatigue, stress et tabac qui baissent l’immunité
  • port de coussinets d’allaitement qui favorisent la macération
  • diabète et obésité
  • excès ou manque d’hygiène
Le diagnostic :

La douleur caractéristique est le critère le plus fiable, même en l’absence des autres symptômes.

Le traitement :

Il est important de traiter la mère et le bébé simultanément et sur la même durée.

  • violet de gentiane : solution aqueuse à 1%, application le soir sur les seins et dans la bouche de bébé en imbibant un coton de tige. Lui faire téter pour bien badigeonner gencives, langue et joues, pendant 4 jours (attention cette solution tache durablement les vêtements)
  • antifongiques locaux : suspension buvable, crème ou gel (Daktarin) à appliquer sur les seins et la bouche de bébé après chaque tétée 3 à 4 fois par jour pendant 15 jours
  • crème calendula qui soulage la douleur
  • on peut rincer les seins également en utilisant du bicarbonate de soude (1 cuillère à soupe pour une tasse d’eau) ou de l’eau de vichy riche en bicarbonate alcalinisant (le champignon prolifère en milieu acide)

Lorsque la douleur irradie en profondeur, il faut suspecter une mycose des canaux lactifères nécessitant des antifongiques oraux diffusant dans le lait.

S’il n’y a pas de soulagement dans les 72h, il faut refaire le point et peut-être envisager un autre traitement.

Mesures d’hygiène à respecter pour éviter les récidives :
  • bien se laver les mains
  • stérilisation de tous les accessoires en contact avec le lait et la bouche de bébé (sucette, coquilles d’allaitement, anneau de dentition, tétines, tire-lait)
  • utilisation de coussinets d’allaitement jetables
  • ne pas congeler le lait tiré pendant un épisode de mycose, car la congélation neutralise mais n’élimine pas le champignon
  • laver les soutiens gorges à l’eau très chaude

 

La mycose mammaire n’est pas une affection dangereuse mais elle peut vraiment rendre l’allaitement difficile voire le compromettre. Il est donc important de la diagnostiquer tôt afin de mettre rapidement le traitement qui demande de la persévérance car les mycoses sont tenaces.

 

Naima Bonnet - Sage femme  - Diplômée en tabacologie et nutrition Publié le 19 janvier 2015 Par Naima Bonnet - Sage femme - Diplômée en tabacologie et nutrition
Retour en haut