Qu'est ce que la toxoplasmose ?

La toxoplasmose est une maladie due à un parasite (toxoplasma gondii), transmise par les animaux, notamment le chat qui excrète dans ses selles le parasite.

En France 70% des femmes sont immunisées contre la toxoplasmose.

La maladie se manifeste comme un syndrome grippal (maux de tête, fièvre, maux de gorge, ganglions au niveau du cou et des clavicules)

Toxoplasmose - image 1

Des complications peuvent survenir pendant la grossesse si la patiente n’est pas immunisée contre la toxoplasmose avant la grossesse.

La toxoplasmose est dangereuse chez la femme enceinte car elle peut être transmise au fœtus en traversant la barrière placentaire. On parle alors de toxoplasmose congénitale, pouvant être responsable de fausses couches et de malformations fœtales, essentiellement oculaire et neurologique.

Plus la toxoplasmose est contractée tôt dans la grossesse plus elle est dangereuse pour le fœtus. Il est à noter que le risque de contamination est toutefois très faible en début de grossesse car le placenta joue bien son rôle de barrière et augmente avec le terme, entraînant une répercussion moins dangereuse.

Pendant la grossesse, il est important de respecter quelques mesures hygiéno-diététiques  pour éviter toute contamination :

- consommer la viande bien cuite,

- bien laver les fruits et légumes pour enlever les résidus de terre ou après du jardinage,

- éviter si possible tout contact avec les chats et leur litière,

- dans tous les cas, bien se laver les mains.

Une surveillance par une prise de sang mensuelle est à effectuer pour vérifier une éventuelle contamination et ceci jusqu'à l’accouchement. Un prélèvement de sang maternel et de sang de cordon sera effectué pour écarter tout risque lors des dernières semaines.

Si votre prise de sang est positive :

Il sera fait une nouvelle prise de sang pour confirmer et dater cette infection avec un test d’avidité.

Si la contamination est confirmée, on parle alors de séroconversion maternelle, le toxoplasme ne passe pas obligatoirement la barrière placentaire, la transmission materno-fœtale s’effectue en moyenne 4 à 8 semaines après la colonisation du placenta.

La patiente contaminée est mise d’urgence sous un traitement par Rovamycine pour diminuer le risque de passage transplacentaire du parasite.

Il sera également  mis en place une consultation de diagnostic anténatal qui décidera  d’une amniocentèse pour rechercher le parasite dans le liquide amniotique. En fonction du résultat de l’amniocentèse, il sera envisagé un suivi plus poussé ou non de la grossesse ainsi que du nouveau-né par la suite.

Naima Bonnet - Sage femme  - Diplômée en tabacologie et nutrition Publié le 19 novembre 2014 Par Naima Bonnet - Sage femme - Diplômée en tabacologie et nutrition
Retour en haut