Tout savoir sur le pipi au lit par Dr Eve Balzamo

intro

Cela devient notre rituel. Pour celles qui ont manqué l’intervention de notre Pédiatre ce mercredi sur notre page Facebook, nous vous avons préparé une interview résumant l’essentiel de la thématique  « Pipi au lit »

Interview du Dr Balzamo, pédiatre, auteur du Guide de Santé Pour Les Enfants de 0 à 14 ans aux éditions Flammarion.

1°) « Bonjour Dr Balzamo , la dernière fois nous avions évoqué la propreté et cette fois ci, passons à la phase 2 quand l’enfant n’est pas propre la nuit alors qu’il le devrait. D’ailleurs, à quel âge doit on s’inquiéter si notre enfant fait toujours pipi au lit ? Pouvez-vous nous expliquer ce qu’est l’énurésie?

 Bonjour Avis de Mamans,

Je vais vous expliquer tout cela avec plaisir. Vous savez, c’est un peu mon « dada » les problèmes de pipi !

Comme nous l’avons dit la semaine dernière, l’apprentissage de la propreté se fait progressivement, d’abord le jour, puis la nuit. Pour cela, l’enfant doit être motivé, autonome, et doit pouvoir contrôler ses sphincters. Habituellement, il est possible de retirer les couches au moment de la sieste, puis pendant la nuit, aux alentours de 3 ou 4 ans, avec bien sûr de grandes variations d’un enfant à l’autre.  L’acquisition de la propreté nocturne peut être plus longue pour certains, et jusqu’à 5 ans, on considère que l’enfant est encore dans les temps.

Le mot « énurésie » s’emploie chez les enfants de plus de 5 ans (en bonne santé) qui ont des mictions (pipis) complètes et involontaires pendant leur sommeil. Le plus souvent, l’énurésie est  « primaire », c’est à dire que l’enfant n’a jamais été propre la nuit, ou pas plus de 6 mois d’affilée.

Savez-vous, Avisdemamans, que de très nombreux enfants sont touchés par ce problème ? A 5 ans, ils sont 15 à 20% à toujours faire pipi au lit. A 7 ans, encore 8%. Et ils sont encore 5% à 10 ans.

2°)  Ah oui, c’est très fréquent ! Mais pourquoi certains enfants font toujours pipi au lit et d’autres non ?  Quelle est la cause de l’énurésie ? Est-ce d’origine psychologique ?

L’ énurésie est souvent familiale, et pour cause ! Des gènes ont été identifiés ! Un enfant a 44% de risque de faire pipi au lit après l’âge de 5 ans si un de ses parents a lui même souffert de ce problème, et 77% de risque d’être  énurétique si ses deux parents l’étaient.

Elle touche plus souvent les garçons. Et aussi les enfants d’origine africaine. Mais sa physiopathologie reste encore obscure. Tout ce que l’on peut affirmer, c’est son caractère multifactoriel. On sait entre autres que les enfants énurétiques ont une production d’urine augmentée pendant la nuit, qu’ils dorment d’un sommeil de plomb et ne sont pas réveillés par la sensation d’envie, et que leur vessie se vide plus souvent, ou peut être de petite contenance. Et la cause n’est donc pas, comme on l’a longtemps cru, d’origine psychologique. Toutefois, lorsque l’énurésie est « secondaire », c’est à dire survenant plusieurs années après que l’enfant ait été propre, elle peut être la conséquence d’un stress, divorce, conflit, etc. Dans les autres cas, les problèmes psychologiques présentés par les enfants sont très souvent la conséquence de l’énurésie, car il faut reconnaître que c’est souvent extrêmement difficile à vivre et assumer pour un jeune.

Enfin, il existe quelques cas particuliers : les énurésies liées au syndrome d’apnées du sommeil, les énurésies secondaires à une instabilité vésicale (le plus souvent, il y a des fuites de pipi dans la culotte pendant la journée) et parfois associées à une constipation sévère, et les énurésies des enfants hyperactifs.

3°)  Bon, alors prenons par exemple le cas d’un enfant de 6 ou 7 ans qui fait pipi au lit presque toutes les nuits et depuis toujours. Comment les parents doivent-ils agir ?

Donnez-nous des conseils pratiques !

 Voici les conseils et consignes à suivre
  • Assurez-vous tout d’abord qu’il s’agit bien d’une énurésie, et que celle-ci n’est pas associée à d’autres problèmes, notamment de fuites pendant la journée. Sinon, rendez-vous illico chez le pédiatre.
  • Rassurez l’enfant, notamment en lui expliquant que ce n’est pas de sa faute et qu’il n’est pas seul dans son cas. Expliquez-lui les mécanismes de la fabrication d’urine.
  • Ne le punissez pas lorsqu’il mouille son lit
  • Encouragez-le, félicitez-le en cas de nuit sèche. Montrez-lui que vous avez confiance en lui et que vous êtes certains qu’il y arrivera. Mais évitez les récompenses.
  • Sollicitez-le pour qu’il vide bien sa vessie tout au long de la journée, et avant de se coucher, en prenant bien le temps de tout vider.
  • Facilitez-lui l’accès aux toilettes la nuit (évitez le lit superposé, laissez un seau dans la chambre, la lumière…)
  • Diminuez ses boissons à partir de 17h30/18H, en veillant à ce qu’il boive régulièrement tout au long de la journée, et en lui proposant un petit verre au cours du dîner. Enlevez les bouteilles d’eau sur la table de nuit.
  • Evitez les boissons gazeuses, sucrées, caféinées, les thés, tisanes ou soupes le soir.
  • Evitez les dîners trop salés
  • Faites participer l’enfant aux changes de ses draps pyjamas. Ne lui mettez pas vous même ses couches s’il en porte ni ne le lavez comme un bébé. Laissez-le prendre conscience de son corps.
  • Retirez ses couches si vous le sentez prêt (quelques enfants continuent de faire pipi dans leur couche alors qu’ils sont réveillés, juste car ils ont la flemme de se lever!). Dans la mesure du possible, ne faites pas marche arrière !
  • Motivez-le en lui demandant de noter sur une fiche si la nuit a été sèche ou mouillée («  calendriers soleils » : un nuage si pipi au lit, un soleil si nuit sèche)
  • Evitez de le réveiller pour l’amener aux toilettes pendant la nuit (cela ne réglera pas le problème).

4°) Et y-a t’il des  traitements?

L’énurésie peut disparaître toute seule, et chaque année, l’enfant a 15% de chances de ne plus faire pipi au lit, sans rien faire. Toutefois, la guérison est plus rapide lorsque l’enfant est aidé, et les consultations avec un pédiatre, si elles sont suffisamment rapprochées, peuvent être bénéfiques et constituer un soutien psychologique parfois suffisant pour faire disparaître l’énurésie.

Lorsque les règles et consignes énoncées plus haut sont respectées mais ne suffisent pas, un traitement peut alors être envisagé. L’enfant doit être motivé, et prêt à adhérer à la thérapeutique.

Il existe 2 types de traitement, mais aucun ne peut garantir une efficacité complète, l’énurésie  étant multifactorielle :

  • Les alarmes, qui sonnent dès les premières gouttes de pipi dans le pyjama
  • La desmopressine, qui diminue la fabrication d’urine

L’acupuncture et l’hypnose pourraient être des alternatives.

En cas de fuites de pipi ou de constipation (ou de fuites de selles) associées, la prise en charge de ces troubles est primordiale et passe avant tout. L’énurésie ne pourra disparaitre que lorsque les problèmes de propreté de jour auront disparu -et depuis plusieurs mois.

Enfin, en cas de retentissement psychologique important ou d’énurésie secondaire à un événement difficile, il faut dans ce cas envisager un soutien avec un psychologue. 

5°)  Combien de temps cela peut prendre pour être définitivement au sec la nuit ?

Il n’y a pas de règle !

Découvrez toutes nos fiches santé - pédiatrie rédigées par notre pédiatre en cliquant ici

Evaluation and Treatment of Enuresis, Kalyanakrishnan R, Am Fam Physician.2008 Aug 15;78(4):489-496

L’énurésie, banale mais complexe, Pédiatrie MG n°8, avril 2010

Docteur Eve Balzamo Publié le 22 novembre 2013 Par Docteur Eve Balzamo
Retour en haut